Dépistage du cancer : Picometrics Technologies mise sur l'analyse de l'ADN

 |   |  737  mots
Représentation de la structure en double hélice de l'ADN
Représentation de la structure en double hélice de l'ADN (Crédits : DR)
Analyser l'ADN circulant dans le sang pour dépister le cancer est une piste de plus en plus étudiée. Processus long jusqu'à présent, ces analyses pourraient être accélérées par une innovation développée à Toulouse par le LAAS et bientôt commercialisée par l'entreprise Picometrics Technologies. Le marché est estimé à plusieurs centaines de millions d'euros.

L'analyse de l'ADN circulant est une nouvelle approche de la lutte contre le cancer. "Il ne s'agit plus de repérer directement les cellules cancéreuses, mais de repérer leur présence par l'intermédiaire de l'ADN qu'elles libèrent dans l'organisme, et des mutations que porte cet ADN", selon l'Institut Curie. "Cela permet de détecter les tumeurs de façon plus précoce et de remonter à leur origine", ajoute Jean-Charles Garcia, le président de la biotech Picometrics Technologies, basée à Labège.

D'après des études récentes, l'analyse de l'ADN circulant pourrait remplacer les biopsies de tumeur, un acte traumatisant et douloureux pour les patients. "En plus d'être moins invasive, peu douloureuse et plus économique, la recherche des anomalies dans l'ADN tumoral circulant est une alternative fiable aux biopsies", affirme Jean-Yves Pierga, chef du département d'Oncologie médicale à l'Institut Curie.

Présent en infimes quantités dans le sang, il faut concentrer l'ADN circulant pour pouvoir l'analyser. Bonne nouvelle, c'est justement ce que permet une toute nouvelle technologie brevetée en 2013 par le LAAS (Laboratoire d'analyse et d'architecture des systèmes)-CNRS et acquise cette année...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :