Des entreprises camerounaises et toulousaines se rencontrent

 |   |  386  mots
Trois jours d'échange sont consacrés à l'entreprenariat entre le Cameroun et Toulouse.
Trois jours d'échange sont consacrés à l'entreprenariat entre le Cameroun et Toulouse. (Crédits : DR)
Le 18, 19 et 20 avril, Alcobees, une entreprise franco-camerounaise spécialisée dans l’accompagnement et la formation, en partenariat avec Toulouse Métropole, organise son séminaire NOPPIA "New Opportunities for Africa". Trois jours d’échanges entre PME et ETI toulousaines et camerounaises venues spécialement dans la Ville rose pour l’occasion. Objectif de cet événement : faciliter les échanges et les partenariats.

"NOPPIA, c'est l'agence matrimoniale des entreprises", plaisante Jean-Christophe Boyang-Tsang, à l'origine de l'événement. Le but de ce franco-camerounais est de créer un pont entre la France et plus particulièrement Toulouse, et le continent africain. "L'Afrique représente le monde de demain et la France n'y est pas. Elle doit être présente sur le marché par le bais des ses PME et ETI", soutient-il.

En partenariat avec le Club des entrepreneurs africains, les ministères camerounais des petites et moyennes entreprises et de l'économie sociale et de l'artisanat avec le soutien de Toulouse Métropole notamment, l'homme a décidé de donner un coup de pouce à l'entrepreunariat entre l'Afrique et Toulouse à travers un séminaire à l'hôtel Mercure de trois jours (du 18-20 avril), destiné aux entreprises de tous domaines.

"Nous mettons en place un processus qui permet aux chefs d'entreprise français et africains de se rencontrer et parler pour faire des affaires et donc d'aller directement au concret. J'ai l'avantage d'appartenir aux deux cultures, et donc d'avoir la connaissance des deux environnements et structures, alors je me suis dit qu'il y avait de belles opportunités à saisir", explique Jean-Christophe Boyang-Tsang.

Favoriser les échanges entre entreprises

Pour ce premier jour de séminaire, les chefs d'entreprises ont appris à se présenter, parler de leur business, convaincre, augmenter la puissance de leur message, interpeller un public...etc.Puis les organisateurs ont détaillé les spécificités du marché camerounais et africain en général et la nécessité pour toutes les entreprises quel que soit leur port d'attache de s'ouvrir à l'international pour augmenter leurs capacités.

"En Afrique, il y a des gens qui veulent changer les choses et entreprendre. Et il faut faire comprendre aux Français qu'ils ont tout à gagner à travailler avec ces entreprises", affirme Jean-Christophe Boussion, formateur et animateur de ces rencontres.

La journée du jeudi 19 avril sera consacrée à des tables rondes. "La première sera animée par un expert du ministère des PME du Cameroun et la seconde, par Dominique Faure vice-présidente de Toulouse Métropole qui soutient pleinement le projet", précise l'organisateur. Vendredi 20 avril, des visites d'entreprises toulousaines sont prévues. Jean-Christophe Boyang-Tsang renouvellera l'expérience les 4, 5 et 6 juillet prochains, cette fois pour les femmes entrepreneurs toulousaines et camerounaises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2018 à 9:25 :
Très bonne initiative.
Mais Alcobees gagnerait à venir avec les entreprises toulousaines en Afrique...
C'est difficile pour les PME africaines de financer ces déplacements vers l'occident.
Tous mes encouragements.
Je connais très bien Jean Christophe et je le sais passionné dans tout ce qu'il entreprend.
Son rêve demeure entier... : voir le berceau de l'humanité décoller définitivement.
Kè ni bissu... (vas de l'avant)
a écrit le 19/04/2018 à 0:56 :
Cameroun - Toulouse : lorsque des chefs d'entreprises parlent aux chefs d'entreprises, des univers s'ouvrent à tous les champs des possibles, pour répondre efficacement aux besoins des marchés.
Bel atelier ce matin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :