Qui sont ces riches Toulousains qui investissent dans l'immobilier de bureau ?

La banque belge Degroof-Petercam, spécialisée dans la gestion de fortune, la banque d'affaires et la gestion d'actifs a identifié le "triangle d'or" Bayonne-Bordeaux-Toulouse pour développer son portefeuille d'investisseurs. Quel est le profil des Toulousains qui investissent via cette banque haut-de-gamme ? Entretien avec Emmanuel Gaillard, directeur du développement de la banque.
Emmanuel Gaillard, directeur du développement de Degroof-Petercam
Emmanuel Gaillard, directeur du développement de Degroof-Petercam (Crédits : DR)

Vous venez de lancer le fonds d'investissement Allocation Immobilier, Aquitaine Midi-Pyrénées 1 - AIAMP 1 - dédié aux investisseurs privés. Pourquoi avoir choisi le Sud-Ouest et Toulouse en particulier pour lancer ce premier fonds régional ?
Parce que nous avons identifié le triangle d'or Bayonne-Bordeaux-Toulouse comme un territoire prometteur. Le tissu économique est ici propice. C'est un endroit dans lequel nous avons à la fois des investisseurs potentiels et des clients, preneurs de baux. Nous voyons d'ailleurs un certain nombre de grandes entreprises nationales qui cherchent à s'implanter à Toulouse. La banque Degroof-Petercam est présente à Toulouse depuis 2012, nous sommes partis de zéro et disposons aujourd'hui d'un portefeuille d'une centaine d'investisseurs. Nous avons une cinquantaine de nouveaux clients investisseurs chaque année.

Quel est le profil de ces Toulousains qui investissent dans des actifs immobiliers par votre intermédiaire ?
Ils sont entrepreneurs, dirigeants propriétaires ou organisés en holding patrimoniales. Pour nous, le profil idéal est celui de l'entrepreneur qui a revendu son entreprise et souhaite réinvestir son patrimoine. À Toulouse, nous voyons aussi émerger une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs dans les nouvelles technologies. Ils viennent compléter un paysage assez dense dans les secteurs de l'aéronautique, de l'agroalimentaire, de la santé... Ces jeunes entrepreneurs qui lèvent des fonds n'hésitent pas à prendre des décisions concernant leurs actifs professionnels, sans attendre la retraite pour se repositionner sur des projets professionnels ou personnels.

Quels sont le principe et les ambitions du fonds AIAMP 1 que vous venez de lancer ?
Ce projet est né pour répondre à la demande de nos clients d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées qui souhaitaient donc investir dans l'immobilier tertiaire sur leur propre territoire. Ce produit valorisé à hauteur de 30 millions d'euros va leur permettre d'accéder à des actifs de grandes tailles avec un ticket d'entrée à 100 000 euros. Il s'agira de programmes d'immobilier tertiaire neufs pré-loués pour des durées de 9 à 12 ans dans ce fameux territoire du grand Sud-Ouest. Ce véhicule va mutualiser une vingtaine d'investisseurs et à ce jour il est déjà souscrit à hauteur de 50 %. Notre objectif est de réaliser entre 5 et 8 actifs disséminés entre Aquitaine et Midi-Pyrénées avec ce véhicule.

Pourtant vous n'avez pas choisi Toulouse pour votre premier investissement par le biais d'AIAMP 1, pourquoi ?
En effet, notre premier investissement se situe à Bayonne et nous avons étudié une douzaine de dossiers avant de choisir celui-là. Il s'agit d'un investissement de 5 millions d'euros pour l'acquisition en Vefa (vente en état futur d'achèvement) de bureaux destinés à la location au profit d'ERDF, à l'entrée de Bayonne. Nous avons été séduits par l'emplacement à la croisée des axes autoroutiers, à proximité de l'Espagne, et de la future LGV. La qualité de la signature est un autre critère : le preneur est ERDF, avec une durée d'engagement de 9 ans et une rentabilité de 7,45 %.

Quelle est votre stratégie pour investir dans le marché de l'immobilier tertiaire à Toulouse ?
À Toulouse, nous avons affaire à un parc immobilier obsolète, donc nous nous intéresserons à tout investissement pour de l'immobilier de bureaux neufs. De même, nous n'attendrons pas forcément qu'un projet soit lancé pour nous positionner et nous n'investirons pas dans des surfaces bâties inférieures à 1 200 m2. Nous sommes en ce moment en train d'étudier deux projets d'investissement, l'un à Mérignac près de Bordeaux, et l'autre dans l'agglomération toulousaine.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.