Présidentielle : Quels engagements pour le logement ?

 |   |  816  mots
La question du logement s'est invitée dans la campagne
La question du logement s'est invitée dans la campagne
La question du logement s'est invitée dans la campagne, poussant les candidats à faire des propositions concrètes sur le sujet. Réforme ou augmentation des logements sociaux, plan de rénovation urbaine, création d'un préfet du logement... Petit panorama des promesses à moins d'un mois du scrutin. Le logement, grande cause nationale pour François Bayrou

La question du logement s'est invitée dans la campagne, poussant les candidats à faire des propositions concrètes sur le sujet. Réforme ou augmentation des logements sociaux, plan de rénovation urbaine, création d'un préfet du logement... Petit panorama des promesses à moins d'un mois du scrutin.

Le logement, grande cause nationale pour François Bayrou

Le candidat du modem souhaite créer des préfets de la cohésion sociale et du logement dans les zones en tension en matière de logement social. Ils pourront prendre l'ensemble de la responsabilité « urbanisme » jusqu'à la délivrance du permis de construire.
Il souhaite instaurer dans chaque plan local de l'habitat des formules de logement ultra social, en regroupant 3 ou 4 logements sociaux autour d'un animateur social.
Par le biais d'un observatoire des loyers, il souhaite rendre public les loyers zone par zone, et opposables aux tiers. Plus globalement, il prévoit, par le biais d'observatoires des besoins locaux, d'aider les élus à se projeter vers l'avenir de leur ville, favoriser l'intercommunalité et équilibrer l'offre de logements.
Il propose aussi un renforcement de la loi SRU à 25 % dans les zones en tension et instaurer le blocage des dotations de l'Etat pour les communes qui ne la respectent pas.

300 000 logements supplémentaires pour François Hollande

Le candidat du parti socialiste promet la construction de 300 000 logements de plus que lors du précédant quinquennat dont la moitié de logements très sociaux, grâce au doublement du plafond du livret A. Pour faciliter ce coup d'accélérateur, il propose de mettre gratuitement à disposition des collectivités locales, les terrains disponibles appartenant à l'Etat. Il propose aussi un renforcement de la loi SRU, en portant de 20 à 25 % le taux minimum de logements sociaux pour chaque commune et en multipliant par 5 les sanctions appliquées aux communes en cas de non respect de ce quota.
A propos des loyers, le candidat propose aussi d'encadrer les montants lors de la première location ou de la relocation, dans les zones où les prix sont excessifs.

La priorité nationale et une meilleure gestion des logements sociaux pour Marine Le Pen

La candidate du front national prône un principe de priorité nationale concernant l'accès au logement social, elle propose aussi d'améliorer la gestion du parc locatif existant, en réalisant un audit sur les conditions d'occupation actuelles des logements sociaux. Elle souhaite simplifier le système des aides au logement, et les conditionner au niveau de revenu du bénéficiaire potentiel.
Elle propose d'adapter la loi SRU aux possibilités concrètes de chaque commune, estimant que l'objectif n'est pas de construire le plus possible de logements.
Concernant l'accession à la propriété, elle évoque un chèque « premier logement » qui permettrait aux primo-accédants de bénéficier d'un crédit d'impôt. Elle indique encore que la spéculation sur les terrains constructibles doit être limitée et la taxation des terrains constructibles non construits alourdie, afin de dynamiser le marché de la construction de logements neufs. Elle veut aussi détruire les cités construites dans les années 1955 à 1970 pour les remplacer par un habitat de taille et d'esthétique traditionnelles. Elle indique enfin vouloir modifier les règles d'urbanisation dans les zones denses telles que les grandes métropoles.

Un plan d'urgence pour les logements sociaux pour Jean-Luc Mélenchon

Le candidat du front de gauche envisage d'abroger la loi Boutin et toutes les aides fiscales au logement spéculatif privé. Il prévoit un plan d'urgence national pluriannuel de construction de 200 000 logements publics sociaux par an. En matière de loyers, il prévoit le blocage des loyers dans le public et l'encadrement de leur évolution dans le privé. Le candidat annonce aussi la création d'un service public national et décentralisé du logement, de l'habitat et de la ville. Il prévoit d'augmenter la SRU à 30 % dans les zones de tension et à 25 % ailleurs. Il indique que tout programme de construction de plus de 10 logements devra respecter le quota de 50 % de logements sociaux.

Augmentation des droits à construire et plan de rénovation urbaine pour Nicolas Sarkozy

Pour contrer la pénurie de logements, le candidat de l'UMP a annoncé une majoration de 30 % des droits à construire, et table grâce à cette mesure, sur la construction de 20 à 40 000 logements supplémentaires/an. Il a aussi indiqué la libération de foncier pour permettre de construire des logements (HLM, intermédiaire, accession à la propriété).
Pour favoriser l'accession à la propriété, il a aussi annoncé qu'il diviserait par deux les droits de mutation (ou droits d'enregistrement) perçus par les notaires pour le compte de l'Etat et des collectivités locales, dans le cadre d'une transaction immobilière.
En matière de rénovation urbaine, le candidat annonce un deuxième plan de rénovation urbaine, dans la continuité de celui engagé lors du premier quinquennat.

Béatrice Girard.

© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :