Le Groupe Carle mise sur Labège pour développer la constuction. Interview de Guillaume Carle

 |  | 604 mots
Lecture 3 min.
Guillaume Carle a créé le Groupe Carle en 2003
Guillaume Carle a créé le Groupe Carle en 2003
Le groupe Carle livre 15 000 m2 de bureaux neufs chaque année en Aquitaine et Midi-Pyrénées. Son fondateur, Guillaume Carle, revient sur les actualités du groupe. Il nous fait part de son souhait de développer le secteur de la réhabilitation et d'investir dans des nouvelles zones, telles que la ville de Labège, située en périphérie de Toulouse, et le quartier toulousain de la Cartoucherie. Interview.

Le groupe Carle vient de fêter ses 10 ans, comment se répartissent vos activités ?
J'ai créé le groupe Carle en 2003 et installé notre siège social à Toulouse. Notre activité se déploie dans le grand Sud-Ouest, en Midi-Pyrénées et en Aquitaine avec un deuxième bureau à Bordeaux. Nous sommes des promoteurs spécialisés dans l'immobilier tertiaire et construisons des produits neufs industrialisés. Nous livrons en moyenne 15 000 m2 par an. Par exemple, la tour Headlight, occupée par KPMG que nous avons livrée à Labège en 2009, est assez emblématique de notre savoir-faire. Tous nos chantiers sont réalisés selon un processus d'industrialisation, avec une phase de préfabrication en usine et d'assemblage sur le chantier. C'est un moyen de réduire les délais de construction de 50 % et de garantir à nos clients des coûts d'exploitation faibles de l'ordre de 5€/m2 grâce à des performances énergétiques très élevées.
Aujourd'hui, nous nous positionnons aussi sur la réhabilitation du parc tertiaire. Nous avons notamment réhabilité l'immeuble E-volution, à Labège, qui abrite aujourd'hui les entreprises de la Tic-Valley. Sur ce segment d'activité, nos programmes de réhabilitation ont un coût moyen de 600 à 850 €/m2, avec un prix de location en sortie à 135 €/m2 pour un bâtiment redevenu neuf avec parking.
Actuellement 90 % de notre activité concerne le neuf mais la réhabilitation montera en puissance ces prochaines années. Je considère en effet qu'il y a un vrai marché avec un nombre important de surfaces vacantes à réhabiliter dans les grandes métropoles, comme Bordeaux ou Toulouse. En parallèle de la promotion, j'ai créé en 2005 une foncière qui est aujourd'hui dotée de 18 M€ d'actifs.

Quelles sont vos actualités cette année à Toulouse et Bordeaux ?
Nous venons de démarrer le chantier d'un bâtiment de bureaux de 1 000 m2 à Basso-Cambo, pour le compte d'une société australienne Cochlear, spécialisée dans les prothèses auditives. Ce locataire unique, dont le siège social français était jusqu'à présent basé à Paris, a d'ores et déjà annoncé son choix de se relocaliser à Toulouse. La livraison est prévue début 2015.
Nous sommes aussi présents à la Cartoucherie sur l'ilot 1.3 que nous partageons avec le groupe Bouygues. Nous y lançons la commercialisation de 3 000 m2 de bureaux, les premiers retours sont positifs et nous espérons déposer le permis avant la fin de l'année.
Enfin, nous avons un immeuble à construire de 3 200 m2 à Blagnac, pour lequel le permis est obtenu et purgé. La dynamique y est un peu plus compliquée, mais la commercialisation est en cours.
À Bordeaux, nous réalisons, en partenariat avec Midi2i, un projet mixte de 10 000 m2 : c'est la Tour Garonne Vernet qui mêlera bureaux et logements. C'est un projet assez inédit par sa taille.
Enfin, nous réalisons aussi à Mérignac un important programme de réhabilitation de 5 000 m2 de bureaux des années 70. La moitié sera livrée en fin d'année.


Quels sont vos territoires cibles pour investir et construire en ce moment dans l'agglomération toulousaine ?
Labège reste un territoire cible car c'est une zone hétérogène avec une forte dominante commerciale, une densité qui plaît aux toulousains, et l'arrivée annoncée d'un métro aérien sera un atout supplémentaire. Je crois aussi beaucoup en la Cartoucherie pour sa proximité avec le centre-ville et bientôt sa connexion rapide avec l'aéroport. Bien sûr, l'emplacement reste la règle incontournable pour un bon investissement.

Propos recueillis par Béatrice Girard

©photo DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :