À Toulouse, Orange soutient les femmes entrepreneuses

 |   |  747  mots
Orange veut soutenir les femmes dirigeantes qui prennent des initiatives dans le monde de la tech.
Orange veut soutenir les femmes dirigeantes qui prennent des initiatives dans le monde de la tech. (Crédits : Orange)
Avec son programme #FemmesEntrepreneuses, Orange soutient activement la création d’entreprises par les femmes. Une matinée d’échanges était organisée le 21 mars à Toulouse pour valoriser ce programme et partager les expériences des femmes cheffes d’entreprise.

Orange soutient les femmes qui entreprennent. Lancé en novembre 2018 par Fabienne Dulac, directrice générale adjointe du groupe Orange et CEO d'Orange France, le programme #FemmesEntrepreneuses vise à soutenir 100 femmes qui créent leur entreprise dans 10 régions. En Occitanie, les 10 startups accompagnées sont Covirtua, Feel Object, Maathics, Asteraé, WatcHelp, WIDID, Budd'It, CrossShopper, Faciligo et Specialist Wanted.

Bien que le mouvement de création de startups soit très dynamique, seules 10% d'entre elles sont créées par des femmes. De plus, celles-ci ne recueillent que 7% des fonds levés en France. Alors que, selon Orange, les entreprises comptant au moins une fondatrice sont 63 % plus performantes que celles fondées exclusivement par des hommes.

Pour promouvoir ce programme qui veut contribuer à la progression de l'entrepreneuriat féminin, Orange a organisé le 21 mars les rencontres #FemmesEntrepreneuses sur son site de Toulouse-Blagnac.

"Les femmes entrepreneuses, qui sont souvent plus diplômées et ont de meilleures performances économiques que les hommes, ont moins accès au financement", a estimé Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie en charge du développement économique, de la recherche et de l'enseignement supérieur, présente à l'événement.

Philippe Coste, partner de la communauté de startups At Home, a rappelé combien les femmes étaient encore aujourd'hui les grandes absentes du monde de la tech.

"Il y a seulement 6% de filles à l'école Epitech, 21% dans la prochaine promo de l'École 42, et pourtant elle met la priorité sur le recrutement féminin...".

Un constat partagé par Nadine Castellani, directrice de la stratégie de communication innovation et startups chez Orange.

"En dix ans, la part des femmes dans les métiers scientifiques et techniques est passé de 30 à 34%. C'est encore trop peu et la progression est trop lente."

Nadine Castellani a rappelé que Stéphane Richard, le PDG d'Orange, avait imposé que les instances dirigeantes comprennent la même proportion de femmes que d'hommes, dans l'entreprise.

De son côté, Carole Maurage, fondatrice et dirigeante de l'agence d'innovation MyNeedMySolution, fondatrice et présidente du mouvement Digital Girls, a rappelé la nécessité de pousser les femmes à prendre des responsabilités dans le secteur du numérique. Mais aussi dans tous les secteurs de transformation à haut potentiel de la société, tels ceux liés au réchauffement climatique où la parole des femmes doit s'imposer pour un développement futur plus équilibré.

En conclusion, Murielle Cozette, docteure en philosophie et créatrice de l'entreprise Aspasie, a constaté que la parole des femmes dans l'espace public n'était pas audible... Mais rien n'est irréversible et ce constat n'a pas entamé l'enthousiasme des femmes entrepreneuses soutenues par Orange. Au cours des prochains mois, elles pourront bénéficier de l'accompagnement d'experts d'Orange et optimiser ainsi leurs chances de succès.

Comment Orange soutient les startups locales créées par des femmes

Anne-Sophie Gimenez

Les femmes dirigeantes qui bénéficient de l'accompagnement d'Orange./ (Crédits : Orange)

La Tribune : Quels services propose WiDid ?

Anne-Sophie Gimenez, fondatrice et CEO de Widid : WiDid (prononcer comme We Did) est une entreprise innovante de conseil en learning. Nous développons actuellement une plateforme d'immersive learning qui va recenser les meilleures expériences d'immersive learning. Plus concrètement, nous allons regrouper les meilleures pratiques autour de la réalité virtuelle pour développer notamment les compétences transverses, ce que l'on appelle les soft skills.

Comment êtes-vous entrée dans le programme #FemmesEntrepreneuses d'Orange ?

Jusqu'en juillet 2018, je travaillais chez Orange à différents postes autour de la transformation digitale ; j'ai notamment créé l'Orange Learning Agency. J'ai ensuite intégré un programme d'intrapreneuriat, mais mon projet n'a pas été retenu ; j'ai donc décidé de créer mon entreprise en même temps que je suis revenue à Toulouse. C'est là que j'ai découvert le programme #FemmesEntrepreneuses. J'y ai vu notamment l'opportunité de m'insérer dans les réseaux professionnels toulousains que je ne connaissais pas.

Concrètement, quel soutien vous apporte Orange ?

Je suis accompagnée par un mentor qui m'aide dans une étape clé de mon projet : le financement du développement de la plateforme d'immersive learning. De plus, Orange a mis à ma disposition un bureau à Toulouse et un bureau à Paris. A Paris, je suis hébergée au sein d'une agence entreprises, ce qui me permet de côtoyer des commerciaux BtoB et d'échanger avec eux sur les besoins de mes futurs clients. Je pense que ce programme va m'apporter une visibilité que je n'aurais jamais pu avoir seule.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :