Pour Philippe Waechter, un monde de défis nous attend

 |   |  478  mots
Philippe Waechter au Forum de l'économie 4.0
Philippe Waechter au Forum de l'économie 4.0 (Crédits : DR)
À l’occasion du Forum de l’économie 4.0 organisé par la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées et La Tribune, Philippe Waechter a mis l’accent sur les défis qui attendent l’économie occidentale dans les années à venir. L’innovation sera l’une des armes permettant de remporter la rude bataille qui nous attend.

En conclusion du Forum de l'économie 4.0, Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis Asset Management, est monté à la tribune expliquer sa vision de l'économie des années à venir. Le moins que l'on puisse dire est que, pour lui, la bagarre qui s'annonce aux États-Unis, au Japon ou en Europe pour rester sur le toit du monde face à un ogre chinois de plus en plus envahissant s'annonce rude.

En effet, le constat est édifiant : actuellement, la croissance mondiale a pour théâtre l'Asie (hors Japon) et non les grandes zones industrielles de l'après-guerre. En prenant 2008 comme base 100 pour la productivité industrielle, la zone comprenant les États-Unis, le Japon et l'Europe atteint aujourd'hui 103, alors que dans le même temps ce chiffre est monté à 194 en Asie hors Japon ! Pour Philippe Waechter, « le monde bascule de façon spectaculaire. »

Et ce n'est sans doute pas fini : la Chine a lancé le plan Made in China 2025, exprimant l'ambition du pays de devenir le producteur manufacturier de référence dans le monde et de devenir le leader sur l'innovation de rupture. En outre, la Chine a également pour ambition de s'accaparer le monopole de la fabrication des microprocesseurs. Comme elle est déjà le principal assembleur d'ordinateurs, téléphones mobiles et autres, il existe un fort risque que nos économies occidentales (au sens large) deviennent totalement dépendantes de la Chine. Avec le risque de voir se produire un scénario équivalent à celui de l'Afrique. Le pays asiatique s'est fortement installé sur le continent africain en y imposant son modèle : acheter des matières premières et des produits agricoles tout en y vendant ses produits manufacturés.

Partant de là, la question posée par Philippe Waechter est la suivante : « comment, dans cet environnement où nous avons du mal à suivre la dynamique asiatique, maintenir notre niveau de vie, comment faire face ? »

L'innovation, mais...

Pour Philippe Waechter, la réponse tient en grande partie à la capacité d'innovation, aux services que l'on peut mettre en place pour conserver une place prééminente sur l'échiquier économique mondial. Mais cette innovation doit être l'affaire de tous. Il ne suffit pas qu'une entreprise soit innovante, il faut que tout le tissu économique avec lequel elle interagit absorbe cette innovation. Pour expliquer ce propos, Philippe Waechter remonte au XIXe siècle, lorsque les premières entreprises utilisant l'électricité ont bénéficié de gains de productivité contrebalancés ou annulés par leurs partenaires économiques n'exploitant pas encore cette innovation.

Faire en sorte d'innover, que cette innovation se diffuse dans toute la société, que les gains de productivité bénéficient à tous, ce sont les défis à relever pour que l'Europe conserve son niveau de vie. Pour y arriver, comme le souligne Philippe Waechter, « il faut se relever les manches, que la mobilisation soit générale. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :