Légères échauffourées à la manifestation des avocats à Toulouse

 |   |  481  mots
Anne Fauré, mercredi, lors de la manifestation en solidarité pour leurs collègues de Lille après des heurts avec les forces de l'ordre.
Anne Fauré, mercredi, lors de la manifestation en solidarité pour leurs collègues de Lille après des heurts avec les forces de l'ordre. (Crédits : Rémi Benoit)
En grève totale des audiences, les avocats ont manifesté contre la réforme de l'aide juridictionnelle, ce jeudi devant la tribunal de Toulouse. En milieu d'après midi, de légères échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les agents de l'administration pénitentiaire présent à proximité. Une plainte pourrait être déposée par le conseil de l'ordre des avocats toulousains.

En grève totale des audiences depuis une semaine pour protester contre la réforme de l'aide juridictionnelle, les avocats ont manifesté ce jeudi devant la tribunal de Toulouse. De 13 h à 16 h, entre 150 et 200 robes noires ont bloqué les issues du bâtiment. Vers 14 h 45, des échauffourées se sont déclenchées lorsqu'un groupe d'une cinquantaine d'avocats a tenté de bloquer un véhicule pénitentiaire en mouvement le long de la caserne Saint-Michel de la gendarmerie nationale.

"Sans sommation, ils nous ont chargé, gazé et frappé", déplore une avocate.

De leur côté, les forces de l'ordre affirment avoir demandé aux avocats de reculer puis avoir essuyé des "coups de hampe" alors qu'ils n'étaient pas casqués, ce qui aurait provoqué une réaction de leur part pour disperser les manifestants.

"Je vais appeler le procureur pour lui dire ma colère", à déclaré la bâtonnière de l'ordre des avocats de Toulouse Anne Fauré, suite à l'incident. Une plainte pourrait être déposée par le conseil de l'ordre des avocats toulousains. L'événement, filmé et partagé entre autres par l'avocat Sébastien Gay-Chabaud, a fait le tour des réseaux sociaux en fin de journée.

 

Ici on gaze les avocats toulousains !

Posté par Sébastien Gay-Chabaud sur jeudi 22 octobre 2015

D'après le parquet de Toulouse, l'incident n'a occasionné ni interpellation, ni enquête et ni "blessé confirmé".

Dans communiqué, Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, s'est dit "profondément choqué par les incidents survenus aujourd'hui face au Palais de Justice de Toulouse".

"Faut-il que le dialogue social dans ce pays soit mal en point pour que l'on voie des avocats se faire gazer alors qu'ils manifestent pacifiquement contre les choix portés par la Garde des Sceaux, Christiane Taubira ? Je réprouve fermement ces incidents inadmissibles à l'encontre d'auxiliaires de justice qui sont les piliers du système judiciaire français."


Grève jusqu'à lundi

Comme leurs collègues dans tout le pays, les avocats toulousains protestaient contre la réforme de l'aide juridictionnelle, votée à l'Assemblée nationale jeudi 15 octobre.

"Mme Taubira (la ministre de la justice, NDLR) a dit qu'elle renonçait à ponctionner fonds de la Carpa (la banque des avocats, NDLR) mais nous n'avons pas d'assurance là-dessus", explique Anne Fauré. Nous demandons le retrait de la loi et le doublement de l'Aide juridictionnelle ainsi que la revalorisation des unités de valeurs. Leur montant n'a pas été augmenté depuis 2007. Pour quatre heures de travail dans le cas de la défense d'un homme face au juge des libertés et de la détention, un avocat touche 48 euros brut dont 55 % est ponctionné par l'État."

Et de menacer : "Si la réforme passe, les cabinets d'avocats ne défendront plus l'aide juridictionnelle"

La grève des avocats durera jusqu'à lundi. Aucun nouveau blocage du tribunal n'est prévu d'ici là.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :