Hundred Miles : des caravanes à l'américaine made in Albi

 |   |  837  mots
Laura Ballario et son père André ont créé Hundred Miles, une entreprise de mini-caravanes à l'américaine fabriquées à Albi.
Laura Ballario et son père André ont créé "Hundred Miles", une entreprise de mini-caravanes à l'américaine fabriquées à Albi. (Crédits : Rémi Benoit)
Basée à Albi, l'entreprise familiale Hundred Miles fabrique des mini-caravanes en forme de goutte d'eau appelées "Teardrop", un concept né dans les années 30 en Californie. Laura Ballario et son père André, co-dirigeants de la société, se sont lancés dans la fabrication de leur propre modèle "My Drop" et comptabilisent déjà une quinzaine de commandes. Reportage.

"Mes parents aiment beaucoup les États-Unis. Nous avons fait plusieurs voyages en famille là-bas et nous avons découvert le produit sur les routes. Lors de notre dernier road-trip, nous sommes même allés visiter une usine de caravanes Teardrop", raconte Laura Ballario, jeune entrepreneuse de 28 ans. Après avoir obtenu un BTS design d'espaces, puis une licence de conductrice de travaux, poste qu'elle a occupé pendant trois ans, Laura a travaillé chez un architecte d'intérieur où elle était chargée de projets, du croquis jusqu'au suivi de chantier. Alors que cette dernière désirait monter sa propre entreprise, elle a finalement décidé de s'associer à son père André, ex-dirigeant de la société de chalets Ballario, cédé en 2009.

 "Il y a un passé familial dans le bois et la fabrication. Mon père avait une société qui existait depuis trois générations et qui faisait des portails de garages, des volets et des chalets en bois pour les campings et villages de vacances. Il me poussait depuis plusieurs années à monter quelque chose avec lui et j'attendais d'être prête. Nous nous sommes finalement décidés sur ce projet de caravane et c'est un peu le mélange de ces éléments qui nous a mené...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2019 à 15:06 :
Bravo les Balario. C'est pas vrai. On peut très bien travailler en famille, la preuve chez moi. Continuez , en peut-on avoir confiance de plus qu'en son père ou sa fille.
Bravo! Gil de Madagascar.
je serai bientôt à Albi
a écrit le 19/04/2019 à 5:46 :
Travailler avec un parent direct est souvent un defi a terme.
Le conflit de generation est systematique, surtout dans le Sud-ouest ou le sang reste chaud et on aime la castagne.
Réponse de le 20/04/2019 à 8:32 :
Tant qu'on a pas d'insomnies et qu'on delire pas a 5 heures du matin, ça va, ca va.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :