Les ultrasons de Copsonic, nouvelle technologie de communication universelle ?

Ses ultrasons pourraient bien envahir la planète. La société montalbanaise Copsonic va lancer sur le marché, début 2016, sa technologie de communication en champ propre, alternative au NFC et au bluetooth. Elle cherche pour cela à lever 2,5 millions d'euros.

2 mn

(Crédits : DR)

"Maintenant que nous nous sommes dévoilés, il faut aller vite !"

Actuellement à la recherche de fonds - une enveloppe de 2,5 millions d'euros est envisagée -, la société montalbanaise Copsonic rêve déjà de "suivre les pas de Sigfox", selon les mots de son fondateur, Emmanuel Ruiz.

Avec sa technologie de communication en champ proche utilisant les téléphones mobiles et basée sur les ultrasons, la startup compte bien conquérir le monde.

"Sur les 7 milliards d'appareils mobiles de la planète, il y a deux milliards de smartphones, dont un tiers seulement est NFC ou bluetooth compatible, assure Emmanuel Ruiz. Notre technologie, elle, est compatible avec tous les mobiles. Elle est universelle !"

Un atout de poids pour ce qui pourrait constituer un nouveau standard de communication sans contact, qui se pose en complémentarité - "et pas en opposition", insiste le chef d'entreprise - avec les systèmes existants.

Remplacer les pointeuses des hôpitaux

"Le principe de cette technologie est simple. Elle permet à deux appareils de dire : 'nous sommes proches l'un de l'autre', résume le dirigeant. Et plusieurs marchés peuvent être ciblés, que ce soit le paiement mobile, la cybersécurité, les objets connectés ou encore la géolocalisation indoor. Selon les utilisations, nous transformons le téléphone en télécommande, en carte d'accès électronique ou en porte-monnaie numérique..."

Autre atout du système développé par Copsonic : il n'émet pas d'onde électronique. "Nous sommes donc particulièrement pertinents dans les lieux fréquentés par les enfants et les personnes âgées, assure Emmanuel Ruiz. Dans les hôpitaux, notre technologie pourrait ainsi par exemple remplacer les pointeuses, et même les télécommandes !"

"Nous avons besoin d'être accompagnés"

Le chef d'entreprise espère lancer sa technologie sur le marché début 2016. D'ici là, la société multiplie les expérimentations et soigne son image. Reçu par la Fondation Bill & Melinda Gates fin 2014, le dirigeant, qui avait été nominé dans la catégorie "Numérique" des Grands Prix de l'Économie 2014 de La Tribune-Objectif News, vient d'être classé par le magazine Challenges parmi les 20 Français "qui changent le monde". "Nous restons humbles ! assure-t-il. C'est une reconnaissance, un vecteur de notoriété, mais il ne faut pas se mettre la pression."

Si la société - qui revendique 28 salariés et vise 500 000 euros à 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2016 - ne cache pas ses ambitions, y compris internationales, elle reste prudente. "Nous sommes à un moment charnière de notre développement, assure Emmanuel Ruiz. Nous avons à la fois une technologie et un marché. Mais nous sommes encore petits et nous avons besoin d'être accompagnés."

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.