Citymeo devient Cenareo et affiche ses ambitions internationales

 |   |  490  mots
David Keribin, CEO et cofondateur de Cenareo.
David Keribin, CEO et cofondateur de Cenareo. (Crédits : DR)
Fondée en 2012, la PME toulousaine Citymeo, spécialisée dans l’affichage dynamique, adopte la nouvelle dénomination Cenareo. Un virage qui s’accompagne d’une nouvelle stratégie : devenir un acteur de référence en France et sur le marché européen via l’ouverture de bureaux et la diversification de ses services.

"À notre création, nous avions choisi un nom qui portait une ambition locale, à savoir proposer une plateforme pour aider les commerçants à communiquer sur des écrans digitaux. Désormais, nous fournissons à nos clients une solution pour créer du contenu qui leur permet d'échanger avec leur audience sur des écrans dynamiques", résume David Keribin, CEO et cofondateur de cette PME de la tech.

Pour accompagner cette évolution, Citymeo est donc devenue Cenareo. Prononcé "scénario", ce nom évoque la théâtralisation du point de vente et l'orchestration des contenus via des expériences interactives.

Nouveaux paliers stratégiques

Par ailleurs, ce nouveau nom est plus facilement prononçable en anglais : une condition sine qua non pour les ambitions internationales de cette PME basée à l'IoT Valley de Labège, et qui souhaite désormais concurrencer l'Américain Scala, le spécialiste mondial de l'affichage digital dynamique. Si, en 2015, Cenareo souhaitait investir les États-Unis, et notamment la Californie, ce marché ne sera finalement que le deuxième palier de la stratégie actuellement mise en place.

Commercialisée dans 32 pays pour 8 000 écrans, la plateforme souhaite d'abord devenir...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :