Le réseau Women in Aerospace crée un groupe local à Toulouse

 |   |  431  mots
Catherine Lambert et Cécile Ha Minh Tu, coprésidentes de WIA
Catherine Lambert et Cécile Ha Minh Tu, coprésidentes de WIA
Après Berlin, Munich et Paris, l'association internationale Women in Aerospace (WIA) s'implante à Toulouse. Coprésidé par Catherine Lambert et Cécile Ha Minh Tu, le réseau veut promouvoir davantage de diversité dans les secteurs de l'aéronautique et du spatial.

Women in Aerospace a été fondé en 1985 aux États-Unis et des antennes locales existent déjà en Europe, notamment à Paris, Berlin ou Munich. Toulouse, qui compte pourtant parmi les capitales de l'aéronautique et du spatial, n'avait pas jusqu'à présent de relais local. C'est chose faite désormais avec la création de l'association coprésidée par Catherine Lambert (directrice du Cerfacs) et par Cécile Ha Minh Tu (directrice des relations institutionnelles d'Airbus). "Nous voulons promouvoir les femmes dans l'aéronautique et le spatial", a expliqué Catherine Lambert devant 80 personnes venus assister le 6 novembre à la Cité de l'Espace au lancement de l'association. "Il est indispensable qu'il y ait plus de diversité dans nos entreprises pour renforcer l'innovation et la compétitivité."

"Une parole positive sur le thème de la diversité"

Rappelant qu'il y a seulement 17 % de femmes chez Airbus Group, Jacky Chan, responsable "Diversity and inclusion" du groupe aéronautique et spatial, a de son côté expliqué "la nécessité de plus de diversité ("social diversity and gender diversity") en tant que source de performance. Tous les jours, chacun de nous, homme ou femme, doit lutter contre les préjugés et les stéréotypes. Nous avons besoin de gens ouverts d'esprit et capables de porter une parole positive sur ce thème."

À Toulouse, Women in Aerospace (WIA) rassemble déjà quelques dizaines d'adhérents et cherche à se faire connaître. L'association compte également plusieurs sponsors dont Agnès Paillard (Aerospace Valley), Éric de Saintignon (Airbus Defence&Space), Corinne Mailles (Telespazio), Gilbert Casamatta (IRT) et Geneviève Campan (Cnes).


Quatre objectifs

L'association s'est fixée4 objectifs : mettre en lumière les femmes marquantes et qui peuvent avoir valeur d'exemple, favoriser l'intergénérationnel, renforcer les réseau de femmes expertes et les rendre plus visibles dans les médias, multiplier les actions en direction des écoles primaires et secondaires.

"Nous voulons, précise Cécile Biasio (architecte system au sein Airbus Defence and Space) montrer aux filles qu'elles peuvent faire carrière dans des fonctions techniques ou dans des fonctions transversales au sein d'entreprises technologiques". Cécile Biasio a ensuite repris à son compte les propos d'Emma Watson devant de l'Organisation des Nations unies (ONU), à New York en septembre. Lançant la campagne He for She (qui appelle les hommes à se mobiliser pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes), la nouvelle ambassadrice de l'ONU avait déclaré : "Si ce n'est pas vous, qui ? Si ce n'est pas maintenant, quand ?"

À Toulouse, l'appel est lancé.

Emmanuelle Durand-Rodriguez
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :