"Un 'PLB bis' qui relierait Labège à la 3e ligne reste d'actualité", affirme le Sicoval

Le nouveau directeur de cabinet du Sicoval Emmanuel Auger, en poste depuis mi-février, réagit à l'annonce du report du conseil syndical de Tisséo. Selon lui, le projet est loin d'être enterré. Les discussions se poursuivent pour trouver un accord qui permette de réaliser en même temps la 3e ligne et le PLB et de "faire sortir tout le monde par le haut". Il aborde aussi le projet de campus numérique avec le développement de Sigfox à Labège ainsi que sa feuille de route au Sicoval.
Emmanuel Auger, nouveau directeur du cabinet du Sicoval
Emmanuel Auger, nouveau directeur du cabinet du Sicoval (Crédits : Rémi Benoit)

L'annonce de Tisséo de repousser le conseil syndical du 2 mars, qui devait valider la déclaration de travaux pour le PLB, enterre-t-elle le dossier comme le pensent certains élus du Sicoval ?

En réalité, non. Ce report est un événement que l'on attendait car le conseil syndical n'avait un sens que pour la déclaration de projet dans sa version historique. D'ailleurs, les mots ont leur importance. Jean-Michel Lattes et Jean-Luc Moudenc communiquent sur un report et non sur une annulation. Si cette version historique du PLB est effectivement enterrée, nous travaillons aujourd'hui sur la proposition d'un "PLB bis" qui relierait le Sicoval à la 3e ligne. Il y a toujours la place pour un accord et les discussions se poursuivent sur les bases d'une proposition innovante faite par le Sicoval.

Que propose le Sicoval ? Quelles seraient les modalités de ce PLB bis ?
 
Le Sicoval fait du PLB un préalable et accepterait alors de participer au financement de la 3e ligne. Ce "PLB bis" relierait Ramonville (actuel terminus de la ligne B du métro toulousain) et l'INPT tandis que la 3e ligne desservirait l'INPT puis La Cadène à Labège. Cet accord permettrait à Labège d'avoir la 3e ligne et ferait sortir tout le monde par le haut de ces négociations. Il permettrait de construire en même temps le PLB et la 3e ligne, sans aucune remise en question des calendriers.
Cette solution est aussi l'une des conditions pour que le Conseil départemental et la Région financent la 3e ligne. En ce moment, les négociations portent là-dessus. 

L'autre actualité du Sicoval, c'est l'émergence d'un campus numérique sur le futur quartier Innometro. Confirmez-vous l'installation de Sigfox sur ce campus ?

Ludovic Le Moan, le PDG de Sigfox, est attaché au territoire du Sicoval et il n'y a aucune raison que son installation sur le futur campus numérique ne se fasse pas. Néanmoins, je ne peux rien vous confirmer car les discussions sont toujours en cours sur les conditions d'aménagement, les modalités d'installation, d'acquisition ou non du foncier. Et puis, ce projet sera sans doute phasé car les discussions se posent aussi pour la relocalisation des entreprises qui travaillent avec Sigfox. Il faudra que chacun trouve son compte.

Quelle est par ailleurs votre feuille de route à la direction de cabinet du Sicoval ?

Ma mission va être celle d'un facilitateur de relations, notamment avec les collectivités, le Conseil départemental, Toulouse Métropole et la Région. Ma nomination doit apporter un plus au Sicoval, permettre par exemple de mobiliser des queues de subventions, travailler avec les ministères pour développer des expérimentations...
En interne, mon rôle consistera aussi à "mettre de l'huile dans les rouages", c'est-à-dire à faire en sorte que toutes les sensibilités politiques travaillent ensemble au sein du Sicoval.  Enfin, je ferai en sorte de donner du sens politique à l'activité de la collectivité, en particulier à destination des entreprises.

Quelles actions comptez-vous mener à destination des entreprises ?

J'interviendrai en appui du service de développement économique. Souvent on a l'impression que les élus sont à côté du monde de l'entreprise, or il faut que ces deux mondes se parlent davantage et se comprennent mieux.
Par exemple, Jacques Oberti ira tous les mois sur le terrain rencontrer des entreprises et des réseaux d'entreprises pour voir ce qu'elles font, comment elles sont installées et quels sont leurs besoins.
Avec la fusion des régions, le Sicoval est à un moment charnière. Nous sommes un territoire qui fait le pont entre l'Aude et la Haute-Garonne. Être au plus près des besoins des entreprises sera un moyen de faire évoluer le Sicoval.

Revenons sur la création de votre poste au Sicoval. Elle n'a pas fait l'unanimité puisque 20 élus ont voté contre au dernier conseil de communauté. Quelle est votre réaction ?

Le premier point c'est qu'il ne s'agissait pas d'une protestation à mon égard, mais à l'égard du poste. Une protestation qui était, selon moi, due au contexte dans lequel cette nomination est intervenue. En effet, le Sicoval mène en ce moment un plan d'économie budgétaire et certains élus se sont étonnés que l'on puisse dans cette période créer un nouveau poste.
Néanmoins, je tiens à préciser que ma nomination a fait l'unanimité au sein du bureau du Sicoval. Dans une collectivité qui regroupe 36 communes et emploie 1 200 salariés, un poste comme celui-là était une nécessité absolue, notamment pour créer ou recréer des liens institutionnels.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.