Métro à Labège : "le projet définitivement enterré" selon Arnaud Lafon

 |   |  428  mots
Le conseil syndical de Tisséo, qui devait se tenir le mercredi 2 mars, a été reporté. Cette réunion devait valider la déclaration des travaux pour le prolongement de la ligne B du métro à Labège avant le 8 mars, afin de respecter le délai de six mois consécutif à l'avis favorable de la commission d'enquête sur l'utilité publique. Pour Arnaud Lafon, maire LR de Castanet-Tolosan et vice-président en charge des transports au Sicoval, ce report "enterre définitivement le dossier".

Le conseil syndical de Tisséo du 2 mars a été repoussé. Quelles conséquences cela peut-il avoir sur le PLB, dont la déclaration de travaux devait être validée lors de cette réunion ?

Pour moi, cela signifie que le dossier sera définitivement enterré au profit de la 3e ligne de métro, privilégiée par Toulouse Métropole. C'est le Sicoval et son développement économique qui en pâtissent.

Il y a quelques semaines, on semblait pourtant se diriger vers un accord entre le Sicoval et Toulouse Métropole pour le financement des deux projets. Que s'est-il passé pour que les relations changent ?

La situation est très tendue et je ne vois pas trop de solutions aujourd'hui. Le constat est partagé sur l'incapacité financière de mener à bien les deux projets. Et celui qui paye décide. Or, aujourd'hui, celui qui paye pour Tisséo, c'est Toulouse Métropole, et elle a décidé de privilégier la 3e ligne de métro.

Pourtant, le Sicoval doit participer à hauteur de 141 millions d'euros, tout comme Tisséo-SMTC ?

Le Sicoval a sa capacité financière, la question n'est pas là. Le PLB coûte environ 400 millions d'euros et, devant l'incapacité financière de Tisséo, le Sicoval avait décidé de participer au financement, hors de ses attributions. Mais aujourd'hui, Tisséo n'a pas ces 141 millions d'euros, car il est obligé de rembourser des emprunts et de se désendetter pour pouvoir à nouveau emprunter au moment du commencement des travaux.

Mais cette incapacité financière était connue. Qu'est-ce qui a changé ?

C'est une décision politique plus que financière. Quoi qu'il arrive, la Métropole va présenter son plan de financement de la 3e ligne en juin. Mais quand ce projet verra-t-il le jour ? 15 000 personnes font la navette chaque jour entre Toulouse et Labège, dont la moitié sont des électeurs de Jean-Luc Moudenc. Or, il a été élu avec 5 000 voix d'écart (5 839 voix, NDLR). Les impôts ont augmenté mais il n'y a rien en contrepartie. L'époque Baudis, où la ville sommeillait, est finie. Il faut passer à autre chose. Cette ville ne s'améliore pas avec le temps.

On vous sent amer sur ce dossier ?

Il n'y a aucune amertume, aucune déception. Je constate simplement que là où la communauté urbaine de Bordeaux fait des merveilles en termes d'attractivité touristique et économique, à Toulouse, on préfère se tirer la bourre plutôt que de construire des politiques communes constructives. Je comprends que les citoyens soient écœurés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2016 à 13:27 :
La politique politicienne a encore frappé. Jouer sur le planning c’est vraiment « petit », Le conseil syndical de Tisséo fait dans la bassesse.

Le Sud Est Toulousain ne semble pas être la priorité de la municipalité Toulousaine.
Est-ce que les orientations politiques de chacun sont en cause ? Avec la municipalité Toulousaine précédente cela n’a pas été mieux…
Ce que je constate c’est que depuis que St Orens est « Grand Toulouse » il est mieux traité au niveau des transports.
La guéguerre Sicoval vs Grand Toulouse est toujours de mise au détriment des usagers des transports en commun.
Le but inavoué n’est-il pas de laisser crever le Sud Est de Toulouse dans ces bouchons au détriment de son développement. Quelle société veut s’installer dans un no mans land automobile ? A certaines heures, Labège est le triangle des Bermudes de l’automobile …

Maintenant que cela est dit, quel est le plan B au prolongement de la ligne B ?
• Un téléphérique
• Une ligne bus grande capacité dédiée, un genre de tram sur roue (il y des ponts à construire ! Et est-ce que c’est possible au-dessus d’un canal maintenant classé ?)
• Une ligne rapide qui passerait par la fac sans s’arrêter avant Labège (pout utiliser le superbe pont qui va vers St-Orens)
• ….

Il faut maintenant que le Sicoval montre sa capacité à rebondir et à utiliser les millions d’euros dédiés au prolongement de la ligne B pour faire autre chose, quitte à refacturer à SMTC Tisséo la prestation puisque il y a une réelle lacune à ce niveau.
Quoi qu’il en soit, faites vite !

Quant à la 3eme ligne du métro je prédis un avenir :
• Incertain sur son tracé
• A la hausse au niveau budget (comment est-il possible d’avoir un budget alors que le tracé est tout juste publié ?)
• Complètement faux au niveau de la date de livraison

Et Toulouse est plein de « surprises » au niveau de son sous-sol …
• Quelques vestiges romains
• De l’eau de ci de là
• Des canalisations non répertoriés
• Des fondations d’immeubles à renforcer et quelques procès pour des fissures
• ….

Et en surface des gens excédés par les travaux
a écrit le 01/03/2016 à 9:04 :
non seulement les citoyens peuvent être écoeurés mais c'est une 2 ème fois que nous assistons à un combat de coqs ( toulouse sicoval ) lors de la création du métro la 1 ère n'a pas servi de leçon . Quand tout le monde sait aujourd'hui que le métro est une solution très couteuse mr Moudenc est donc du siècle précédent .
a écrit le 29/02/2016 à 22:45 :
"15 000 personnes font la navette chaque jour entre Toulouse et Labège, dont la moitié sont des électeurs de Jean-Luc Moudenc."

Impossible. 15000, c'est le nombre d'emplois sur Labège Innopole, et les gens venant de Toulouse sont loin, très très loin de représenter la totalité de ces emplois.
a écrit le 29/02/2016 à 21:11 :
Une remarque préliminaire : ça fait du bien d'entendre/lire un discours clair, direct, simple d'un homme politique, bravo !

JL Moudenc va perdre beaucoup plus que 5000 voix avec ce choix mediocrement politicien. Les politiques s'étonnent du désenchantement des électeurs ?! Il oublie très vite que pendant sa campagne il vantait le projet du prolongement de la ligne B. Et il change pour un projet baclé, pour occuper le terrain, non ficelé a un horizon promis qui ne sera jamais tenu, c'est deja un fait. La politique dans tout son côté nauséabond.
C'est toute la zone qui est impactée et qui a cru a ses promesses. Les tracts n'ont pas été oubliés, ils ressortiront en temps voulu.
Ce sont tous les travailleurs de la zone qui sont pris pour des idiots. Beaucoup plus que 5000 personnes ! Qui vivent au quotidien l'enfer de la circulation.
50 autour de moi, qui sont dégoutés et aucun ne prend le métro..
Pierre
a écrit le 29/02/2016 à 20:08 :
Si l'extension coûte 141 M€ au Sicoval, disons 150 pour simplifier
et si le sicoval le finance sur 30 ans
ça fait 5 M€ par an

Si le Sicoval a 75 000 habitants ça fait : 5 M€ divisé par 75000 = ~70€ PAR PERSONNE et PAR an soit pour une famille de 4 personnes 280 € par an

Tout le monde est -je pense- d'accord sur l'intérêt du Métro
de même beaucoup trouveraient bien que le TGV vienne de Bordeaux à Toulouse (même coût pour le Sicoval)

Mais si on ne veut pas en permanence augmenter les impôts, sur quoi peut-on faire des économies au Sicoval ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :