La Caisse des dépôts atteint un niveau historique de prêts en Midi-Pyrénées en 2014

 |   |  532  mots
Philippe Lambert est le directeur régional de la Caisse des dépôts et des consignations. Crédit : Rémi Benoit.
Philippe Lambert est le directeur régional de la Caisse des dépôts et des consignations. Crédit : Rémi Benoit.
L'organisme public a accordé 857 millions d'euros de prêts en 2014 et financé la construction de plus de 5 500 logements sociaux en Midi-Pyrénées. Pour Philippe Lambert, qui a présenté ce vendredi 10 avril les résultats de la Caisse des dépôts dans la région, ce bon bilan est notamment lié à l'enveloppe nationale de 20 milliards d'euros accordée pour les prêts à très long terme du secteur public.

Bilan très positif pour la Caisse des dépôts et des consignations (CDC) dans la région Midi-Pyrénées en 2014. "857 millions d'euros de prêts ont été accordés l'an dernier. Une activité en nette hausse par rapport à 2013, où 732 millions d'euros de prêts avaient été enregistrés", a relevé Philippe Lambert, le directeur régional de la caisse, ce vendredi 10 avril à Toulouse.

Le cœur de métier de l'institution reste le logement social. En la matière, là aussi, la tendance est bonne. En Midi-Pyrénées, la CDC a financé la construction ou l'acquisition de 5 544 logements et la réhabilitation de 7 138 structures.

Priorité à la transition énergétique

Pour le directeur, cette forte croissance de l'activité de la caisse est liée au financement de long terme dans le secteur public local. En effet, entre 2013 et 2017, une enveloppe nationale de 20 milliards d'euros est disponible pour les institutions publiques qui veulent emprunter sur 20 à 40 ans pour de grands projets. Ce dispositif va servir par exemple à financer la nouvelle usine d'eau potable de la Moyenne dans la Vallée du Tarn. Ces opérations permettent de soutenir l'investissement public dans un contexte "où les collectivités locales ont vu leurs dotations revues à la baisse", rappelle Philippe Lambert.

L'objectif de ces prêts à très long terme est également d'encourager la transition énergétique dans le secteur public. Sur les 20 milliards d'euros du budget national, 5 milliards sont réservés à des prêts "croissance verte". Sont ainsi engagés la réhabilitation d'un collège à Muret ou encore la rénovation de la microcentrale hydroélectrique de Mondavezan.

"Nous essayons également de développer des financements innovants, poursuit Philippe Lambert. L'université Paul Sabatier à Toulouse bénéficie d'une avance de 950 000 euros pour financer des mesures d'efficacité énergétique. Les économies d'énergies réalisées par l'établissement permettent d'amortir le remboursement."

Enfin, sur le plan de la politique de la ville, la CDC prévoit de participer au financement de 17 nouveaux quartiers en Midi-Pyrénées, dont 5 dans l'agglomération toulousaine. "La nouveauté, c'est que nous allons davantage vers des villes moyennes comme Auch, Cahors ou Rodez", a relevé Philippe Lambert.

Des moyens supplémentaires pour BPI France

Lors de son bilan, ce 9 avril, le directeur national de la Caisse des dépôts a rappelé que l'État va augmenter de 6 à 8 milliards d'euros l'enveloppe de prêts de développement distribuée par BPI France. La banque publique d'investissement, qui est financée pour moitié par la Caisse des dépôts (le restant relève de l'État), aura donc davantage de possibilités de financement et la région Midi-Pyrénées pourra bénéficier de cet afflux de moyens. Par ailleurs, la CDC va proposer aux collectivités locales de préfinancer, à travers des prêts à taux zéro, les remboursements de TVA. Aujourd'hui, les collectivités perçoivent ces versements avec un à deux ans de retard, ce qui peut mettre en difficulté leurs finances.

"En Midi-Pyrénées, cela représente 250 millions d'euros que nous allons préfinancer. Cela représente une bouffée d'oxygène pour l'investissement", a commenté le directeur régional.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :