Toulouse Métropole annonce la création d’une agence d’attractivité unique et 20 actions pour booster la métropole

 |   |  1203  mots
Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole
Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole (Crédits : Rémi Benoit)
Trois mois après les Assises de l’économie du 17 mars, qui avaient donné le coup d’envoi à la rédaction d’un Schéma économique pour le développement de l’innovation et du rayonnement de Toulouse, Jean-Luc Moudenc a dévoilé ce soir 23 juin au Airbus Delivery Center les 20 projets majeurs de ce programme, applicables immédiatement.

C'est devant un parterre de 700 chefs d'entreprises, élus et décideurs du monde économique réunis au Airbus Delivery Center que le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole dévoile ce soir les quatre grands programmes et vingt projets majeurs qui constituent le Schéma de développement économique du territoire.

Un outil présenté comme le "plan de vol" de la métropole pour les dix prochaines années. Jeudi matin, Jean-Luc Moudenc soumettra un plan pluriannuel d'investissement métropolitain de 1,5 milliard d'euros d'ici à 2020, sur les questions de mobilité, d'habitat et de développement économique. La Ville de Toulouse investira pour sa part environ 780 millions d'euros et Tisséo 800 millions d'euros.

Accompagnée dans la mise en œuvre de ce schéma par le cabinet de consultant parisien CEIS, la métropole a misé sur une méthodologie originale de projets "open-source", coécrits avec 500 acteurs économiques. Ils seront déployés dans le cadre de partenariats publics-privés avec des personnalités extérieures à la collectivité. Objectif de ce programme ? Imaginer des solutions innovantes pour accélérer le développement de la métropole, "voir Toulouse en grand" et corriger les paradoxes de cette ville qui se classe parmi les pôles d'emploi les plus dynamiques avec un taux d'actifs de 51 %, mais enregistre un taux de chômage de 12,5 %.

Dans le détail, les quatre grands programmes prévoient la mise en œuvre de pactes stratégiques et d'actions visant à améliorer la qualité de l'accueil, l'attractivité et la proximité du territoire.

Un pacte stratégique signé avec Airbus

Parmi les projets déterminants de ce Schéma économique, trois grands pactes stratégiques seront signés notamment avec Airbus Group. Il s'agira de valoriser l'identité d'Airbus Group, qui a investi 1,6 milliard d'euros en 15 ans dans la métropole. Au-delà de la déclaration d'intention, il s'agit selon Jean-Luc Moudenc "de faciliter les choses à Airbus, notamment concernant les infrastructures qu'il attend depuis longtemps". Le président de Toulouse Métropole souhaite par ailleurs intégrer "l'image d'Airbus dans la stratégie d'attractivité de la métropole". Ce pacte aura aussi vocation à développer la plate-forme aéronautique et aéroportuaire, au travers notamment des programmations foncières et immobilières. Il permettra de diffuser la R&D autour des plates-formes technologiques de l'IRT et de favoriser l'émergence de startups grâce à l'accélérateur Bizlab.

Deux autres pactes sont par ailleurs annoncés avec les universités et les territoires.

Le premier, un pacte université recherche et innovation, permettra de mieux capter les crédits d'État et européens, de valoriser la recherche publique et l'entrepreneuriat étudiant.

Un pacte territorial permettra de mettre fin aux doublons ou à des concurrences contre-productives entre les différentes collectivités de Toulouse Métropole, du Muretain et du Sicoval.

Une agence d'attractivité unique verra le jour

Autre axe fort de ce Schéma de développement, la fusion annoncée d'ici à la fin de l'année de l'office de Tourisme, So Toulouse, et Invest in Toulouse, en une seule et même agence d'attractivité. Un modèle unique à ce jour en France, qui aura pour ambition la mise en œuvre du futur Schéma directeur du tourisme, l'amélioration de la visibilité de Toulouse et l'émergence d'un marketing territorial qui fait tant défaut à la ville.

Sur le chapitre de l'attractivité, le projet du Parc des expositions (PEX) fait évidemment partie des priorités. Ce projet stratégique doit encore faire l'objet de discussions et d'arbitrages notamment concernant l'ingénierie financière reposant sur un partenariat public-privé équilibré. "Depuis le mois dernier, le projet a été transmis au nouvel actionnaire de l'aéroport, explique Jean-Luc Moudenc. Et je souhaite finaliser les discussions sur le sujet avec la Région, le conseil départemental et l'actionnaire chinois dans les mois à venir."

Enfin, Toulouse Métropole trouve qu'elle ne bénéficie pas suffisamment de fonds européens. Pour y remédier, elle annonce la mise en place d'une "Task Force" dont l'objectif sera de lever des fonds. Elle prendra la forme d'une force opérationnelle rassemblant des représentants des écoles, des universités, des grandes entreprises et des organismes publics (Région, chambre de commerce et d'industrie, Tisséo).

Un Schéma directeur pour attirer des entreprises

Le Schéma de développement économique décline par ailleurs toute une série d'actions pour améliorer la qualité de l'accueil et la lisibilité du territoire.

Les fonctions régaliennes (propreté, sécurité, accessibilité), tout d'abord, sont affichées comme des priorités. Des thèmes sur lesquels Jean-Luc Moudenc dit "viser le zéro défaut".

En matière d'accessibilité, le président de Toulouse Métropole s'est au passage déclaré "raisonnablement confiant" concernant l'arrivée de la LGV.

"Le gouvernement avait 18 mois pour se décider et il se décide au bout de trois mois. Je ne peux pas imaginer un calendrier si volontariste pour prendre une décision qui serait défavorable", a-t-il assuré.

Une autre action prévoit également de structurer et clarifier l'offre à destination des entreprises dans les 119 zones d'activité économique de Toulouse Métropole. Parmi ces zones, le quartier d'affaires Matabiau, le campus d'innovation Toulouse Montaudran Aerospace et celui de l'Oncopole sont fléchés comme prioritaires.

Actuellement, les élus estiment en effet que l'offre territoriale de Toulouse Métropole ne répond pas correctement à la diversité et à la temporalité des besoins des entreprises dans ces zones.

Pour y remédier, un schéma d'aménagement sera donc lancé en fin d'année. Il permettra de fixer des objectifs à un ou deux ans pour déterminer l'orientation précise de chaque zone. "Nous avons entendu que la communauté économique nous attendait sur les aménagements de ces zones, indique Dominique Faure, vice-présidente de Toulouse Métropole en charge du Développement économique et de l'aménagement des zones d'activité économique. Il s'agira notamment d'identifier les formes de développements économiques possibles sur le territoire, de donner des identités aux différentes zones."

Cultiver la proximité avec le monde de l'entreprise

Pour déployer un Schéma qui se veut particulièrement tourné vers le monde de l'entreprise, Toulouse Métropole annonce un "suivi des comptes structurants". Il s'agira de nouer des relations privilégiées avec un panel d'une cinquantaine d'entreprises pour constituer un échantillon significatif de l'évolution de la structure du tissu économique de la métropole. Une organisation en réseau et une offre de services adaptée aux besoins des entreprises seront proposées.

De même, la French Tech sera au cœur des priorités avec, comme au niveau national, l'objectif de faire émerger des Tech Champions.

Plusieurs centaines de millions d'achats publics pourraient être fléchés vers des entreprises locales afin d'augmenter leur chiffre d'affaires, dans le cadre d'un club des acheteurs publics. Il s'agit notamment de valoriser le "Small business act" à la toulousaine, la fameuse charte des marchés publics cosignée avec les acteurs économiques le 1er janvier dernier.

Un accompagnement spécifique à destination des entrepreneurs sociaux sera par ailleurs proposé à travers un incubateur baptisé "Fabrique à initiatives".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2015 à 8:15 :
Je reconnais le volontarisme et ambition de Mr le Maire et ses adjoints bien venus,il continu la volonté de notre cher disparu Dominique Baudis. Il a laissé ses ambitions poursuivre.
félicitations à notre maire et son équipe en qui j'ai toute confiance.J'ai depuis fort longtemps fait confiance à Mr Le Maire Jean-Luc Moudenc et ses idées parfaitement pensées et menées. Merci Mr Le Maire.jomi
a écrit le 24/06/2015 à 22:24 :
Une vraie stratégie de développement économique pour la métropole Toulousaine.
Une vraie vision globale tournée vers l'avenir à moyen terme.
Une vraie ambition pour la métropole.
Une petite inquiétude cependant : aura-t-on les moyens humains et financiers pour gérer autant de dossiers (complexes) à la fois ?
Une supplique : recensez et solutionnez les points noirs en matière de circulation et de déplacements. Ils sont nombreux, exaspérants, et nuisent à l'attractivité de la métropole. Le tramway n'a pas arrangé la situation entre les arènes et la place Lafourcade...
Un oui enthousiaste à la future ligne de métro !
a écrit le 24/06/2015 à 16:49 :
"La fusion annoncée d'ici à la fin de l'année de l'office de Tourisme, So Toulouse, et Invest in Toulouse, en une seule et même agence d'attractivité" !?
Regrouper des métiers qui n'ont rien en commun ne générera pas d'économie, bien au contraire. Une grosse structure est forcément moins réactive et moins efficace que des structures légères tournées vers leurs vraies missions. Celà va multiplier les échelons.
"Un modèle unique à ce jour en France" : non, des fusions similaires ont déjà été engagées par le passé et aucune n'a donné satisfaction. Trop gros = ingérable et loin des réalités de terrains.
a écrit le 23/06/2015 à 22:47 :
Euh! Quoi de neuf là dedans? Quelle nouveauté concrète?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :