Les Laboratoires Pierre Fabre vont supprimer 40 postes de R&D à l'Oncopole de Toulouse

 |  | 350 mots
@ photo Rémi Benoit
@ photo Rémi Benoit
Présenté mardi 9 décembre par la direction des Laboratoires Pierre Fabre, le plan stratégique "Trajectoire 2018" envisage la suppression de 534 postes dans la branche pharmaceutique du groupe. De sources internes, le plan social prévoit également 593 modifications de contrat. En tout état de cause, trois sites sur 10 sont appelés à fermer à Labège (31), Saint-Augustin (19) et Barcelone (Espagne). À Toulouse, 40 postes seront supprimés à l'Oncopole.

Dans son communiqué de mardi 9 décembre présentant le plan "Trajectoire 2018", la direction des Laboratoires Pierre Fabre annonçait une réduction importante des effectifs dans sa branche pharmaceutique. En tenant compte des postes vacants et des créations de postes, 272 personnes verraient leur poste supprimé en R&D, et 279 dans les réseaux de commercialisation. Soit, un total de 551 personnes.

40 suppressions de postes à l'Oncopole

D'après nos informations, les sites de Labège (34 personnes), en Haute-Garonne, Saint-Augustin (11 personnes), en Corrèze, et Barcelone (17 personnes), en Espagne, vont fermer, ce que confirme la direction. Selon Marc Alias, directeur de communication du groupe Pierre Fabre, le site de Boulogne ne serait pas fermé mais l'activité de R&D qui concerne la majeure partie des salariés, serait transférée dans la région toulousaine. À Toulouse, le site de l'Oncopole sera lui aussi touché. La section pharmaceutique qui emploie 400 personnes sera réduite à 360 salariés. "Il y a beaucoup de doublons, explique Marc Alias. Nous cherchons à simplifier l'organisation interne et à rapprocher les équipes de recherche et commerciales."

593 modifications de contrats

Outre ses suppressions de postes, le projet de plan social prévoirait 593 modifications de contrat. "On va demander à des gens de changer de profession ou de déménager de Boulogne à Toulouse, déplore une source interne. Tous ne l'accepteront pas et seront licenciés." "Ceux qui refuseront les transferts seront remplacés, indique en effet Marc Alias qui revoit d'ailleurs les annonces de la direction à la baisse. "676 postes sont supprimés mais en tenant compte des vacances (près de 80 postes, NDLR) et des créations de postes (une soixantaine, NDLR), 534 personnes verront leur poste supprimé en R&D et en commercialisation. Certains, principalement en R&D, seront reclassés en interne. Pour les autres, cela sera plus limité en interne."

Sollicité pour commenter ces informations, les syndicat n'ont, pour l'heure, répondu à nos appels. Présenté mardi 9 décembre, le plan social n'est encore qu'au stade de projet. Après des négociations avec les syndicats, il devrait être mis en œuvre début 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :