Municipales à Portet-sur-Garonne : Thierry Suaud et Éric Gautier s'affrontent durement

 |   |  658  mots
Thierry Suaud et Éric Gautier
Thierry Suaud et Éric Gautier
Le maire sortant de Portet-sur-Garonne, le socialiste Thierry Suaud brigue un deuxième mandat. Face à lui dans la course à la Mairie, une seule liste, menée par Éric Gautier (soutenu par l'UMP). La campagne est rude entre les deux hommes, qui se sont déjà affrontés en 2008. Un duel qui se joue aussi en justice.

Ils s'étaient déjà opposés lors du second tour des municipales en 2008, et à l'époque, le socialiste Thierry Suaud l'avait emporté avec 56,26 % des voix. Cette année, en l'absence de troisième liste, c'est dès le 1er tour que Thierry Suaud et Eric Gautier s'affrontent. "La campagne n'est pas de tout repos" assure le socialiste, et c'est un euphémisme. Eric Gautier estime que le maire sortant "n'a rien fait en six ans". L'intéressé répond que son adversaire "mène une campagne de caniveau". Ambiance.

L'enjeu de l'élection : l'attractivité

Dans la campagne électorale pour la Mairie de Portet, les rôles sont établis : Thierry Suaud défend son bilan, et Eric Gautier l'attaque. Le candidat de l'UMP (également soutenu par l'UDI, le Modem et le Parti radical), a 44 ans, dont 12 passés dans l'opposition municipale. Il pointe ce qui est selon lui le problème de Portet-sur-Garonne : son attractivité. "Les Portésiens en âge de fonder une famille quittent la ville, et ceux qui veulent s'y installer ne le peuvent pas à cause de la pénurie de logements. En six ans, il n'y a eu aucune construction à Portet". Un problème d'attractivité qui se poserait tant au niveau de la population que des entreprises : "les grandes enseignes comme la Fnac quittent la zone, ce qui provoque un déclin économique et un déclin des recettes fiscales de la commune". Pour Eric Gautier, pas de doute, "en 6 ans, la ville a régressé".

Dans son fauteuil de maire, Thierry Suaud s'étrangle : "mon adversaire mène une campagne de caniveau et les Portésiens ne seront pas dupe de ses mensonges !" Chiffres à l'appui, le socialiste affirme qu'il y a à Portet 10% d'enfants de plus qu'en 2008 dans les écoles, et 300 électeurs de plus inscrits sur les listes électorales. "En ce qui concerne les entreprises, un projet d'hôtel d'entreprises est en cours sur la zone industrielle du bois vert, et la zone commerciale permet chaque année 150 retours à l'emploi. Par ailleurs, le réaménagement de l'accès au Carrefour est en cours, tout comme la mise en place d'un bus en site propre pour relier l'Oncopole". Pas de quoi convaincre Eric Gautier qui propose quant à lui de "nouer un partenariat avec les entreprises". Le candidat de droite propose également d'instaurer un grand marché le samedi matin "pour faire de cette ville-dortoir une véritable destination."

Le duel se poursuit en justice
Comme à Balma, les deux candidats ont également un conflit à régler devant la justice. (Lire notre papier sur les municipales à Balma : ambiance tendue entre les deux candidats, Alain Fillola et Vincent Terrail-Novès).
Au cœur de la discorde : Christophe Lefèvre. Cet employé municipal au service communication est en arrêt maladie depuis plus d'un an. Rien de remarquable si ce n'est que Christophe Lefèvre est également le maire de la commune d'Auterives. "Il suffit de lire la presse locale pour constater que Monsieur Christophe Lefèvre, an tant que maire d'Auterive depuis 2008, assure pleinement l'exécution de son mandat, et est actuellement candidat actif en campagne électorale municipale" pointe Eric Gautier, qui ne compte pas en rester là. "J'ai procédé à un signalement des faits au procureur de la République de Toulouse, dans un porté à connaissance transmis le 5 février" explique-t-il. "Cet homme est rémunéré par la Mairie, Thierry Suaud nous doit des explications".
Côté mairie, Thierry Suaud s'interroge "à qui profite le crime ? Éric Gautier s'érige en accusateur public mais il se trompe de rôle." Le socialiste a porté plainte pour dénonciation calomnieuse et rappelle que "c'est le médecin qui prescrit un arrêt maladie. Je suis tenu par obligation légale, à ne pas m'en mêler et Éric Gautier le sait parfaitement. Est-ce que la rumeur et la calomnie doivent prédestiner au destin de Portet ?"
La campagne à Portet n'est décidément "pas de tout repos"...

Sophie Arutunian
© photo DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :