À Toulouse, Hervé Morin et Robert Rochefort prédisent que l'UDI-Modem sera la surprise des européennes

 |   |  881  mots
L'eurodéputé Robert Rochefort, le président du conseil national de l'UDI Hervé Morin et la n°2 sur la liste UDI-Modem Muriel Boulmier
L'eurodéputé Robert Rochefort, le président du conseil national de l'UDI Hervé Morin et la n°2 sur la liste UDI-Modem Muriel Boulmier
Dernière ligne droite avant les élections européennes. À cinq jours du scrutin, l'ancien ministre Hervé Morin est venu soutenir Robert Rochefort, tête de liste UDI-Modem dans le Sud-Ouest, hier soir à Toulouse. Devant près de 150 personnes, le président du Nouveau centre a appelé les militants à se mobiliser. Ainsi, les centristes feront "bien plus que ce qu'annoncent les sondages", selon le candidat Robert Rochefort. La succession de Jean-Louis Borloo a également été évoquée lors d'une conférence de presse.

Ils s'appellent eux-mêmes "les Européens" sur leurs affiches et tracts de campagne. Robert Rochefort, député européen sortant et candidat à sa propre succession dans la circonscription du Sud-Ouest, et ses colistiers UDI-Modem l'assurent : "Nous aimons l'Europe. Nous sommes les seuls à dire que nous voulons plus d'Europe, mieux d'Europe, et finaliser la construction européenne." "Toutes les listes UDI-Modem sont constituées d'hommes et de femmes totalement engagés pour l'Europe. Ils ne sont pas là parce qu'ils ont échoué ailleurs, il ne s'agit pas d'un recyclage gouvernemental ou législatif, contrairement au PS ou à l'UMP", ajoute Hervé Morin, le président du Nouveau centre, également président du conseil national de l'UDI. Hier soir, mardi 20 mai, l'ancien ministre de la Défense est venu soutenir Robert Rochefort, lors d'un meeting à Toulouse.

Devant près de 150 militants et sympathisants, Hervé Morin tient à répondre à l'euroscepticisme ambiant : "On reproche à l'Europe des choses dont elle n'est pas responsable. Les problèmes qui concernent la France ne sont pas liés à l'Europe, affirme-t-il. Est-ce la faute de l'Europe si nous avons un système scolaire qui ne marche pas, duquel sortent 150.000 jeunes sans qualification ni formation ? Est-ce la faute de l'Europe si notre système judiciaire fonctionne mal avec des délais trop longs ? Bien sûr que non !", martèle le député de l'Eure, qui appelle les militants centristes à se mobiliser dans les derniers jours de la campagne pour les élections européennes, rappelant que 40 % des Français déclarent ne pas savoir pour quelle liste voter dimanche.

Décliner l'exemple d'Airbus pour relancer la croissance

Selon l'eurodéputé sortant Robert Rochefort, "nous démarrons la partie la plus importante de notre campagne. Nous avons encore quelques jours pour convaincre les Français qu'il faut voter dimanche. Et qu'il faut voter UDI-Modem", sourit-il. Et d'ajouter : "Ce vote pour l'Europe nous portera loin, vers le seul avenir possible et imaginable pour nos enfants et petits-enfants." Face à l'important chômage des jeunes dans la zone euro (plus de 3,4 millions de demandeurs d'emplois), "la vraie réponse à la croissance, c'est l'Europe", d'après le candidat, qui argumente avec un exemple : Airbus. "Midi-Pyrénées fait partie des deux seules régions de France qui ont créé de l'emploi en 2013. C'est grâce à Airbus qu'elle est si dynamique. Le groupe est la preuve que lorsque les Européens sont unis, il y a des bons résultats." Robert Rochefort propose donc que cet exemple soit décliné "dans tous les domaines possibles".

Interrogé sur les sondages, qui créditent l'UDI-Modem de 8 à 10,5 % des intentions de vote dimanche, l'eurodéputé centriste répond : "Dans toutes les élections européennes il y a surprise. La percée de l'extrême-droite est annoncée, donc ce ne sera pas elle. Nous serons la surprise, notre alliance fera bien plus que ce que prédisent les sondages", conclut Robert Rochefort.

La succession de Jean-Louis Borloo en question

Parmi les spectateurs, hier soir, au meeting à Toulouse, on note la présence de Laurent Hénart. Le maire de Nancy, également secrétaire général et président par intérim du parti radical (PR), était de passage dans la Ville rose, une des étapes de son tour de France des fédérations radicales. Candidat à la succession de Jean-Louis Borloo à la présidence du PR, il a tenu une conférence de presse en fin d'après-midi. Selon Laurent Hénart, ce qui le différencie de sa rivale, Rama Yade, "c'est l'indépendance. J'ai défendu la sortie du parti radical de l'UMP. Nous devons rester un parti de plein exercice et être le fer de lance du renouvellement politique qu'attendent les Français." L'ancienne secrétaire d'État était aussi à Toulouse, samedi dernier, pour conforter la candidature de Robert Rochefort, et rencontrer les militants centristes, dans le cadre de la campagne pour la présidence du PR.

"J'ai le soutien de la quasi-totalité des élus radicaux", tient à souligner Laurent Hénart. Et d'ajouter : "Je n'ai pas demandé à Jean-Louis Borloo le sien, ç'aurait été déplacé au regard des difficultés qu'il traverse. Mais une chose ne trompe pas : j'ai le soutien des Ch'tis et de Laurent Degallaix, le maire radical de Valenciennes", le fief de Jean-Louis Borloo. L'élection pour la présidence du PR doit se tenir à la fin du mois de juin.

Marie Vivent
© photo Rémi Benoit

En savoir plus : Les candidats UDI-Modem dans la circonscription Sud-Ouest
1. Robert Rochefort, député européen
2. Muriel Boulmier, adjointe à la mairie d'Agen
3. Jean Iglesis, président de l'UDI 31
4. Christine Espert, ingénieur santé
5. Fabien Robert, adjoint au maire de Bordeaux
6. Anne Brissaud, conseillère municipale de Montpellier
7. Aurélien Sebton, adjoint au maire de Talence et président des jeunes UDI
8. Florence Lasserre, adjointe au maire d'Anglet
9. Bernard Cazals, conseiller municipal de Colombiès
10. Anne Galy, adjointe au maire de Château l'Évêque
11. Claude Roux, conseiller municipal de Bagnols-sur-Cèze
12. Marthe Marti, adjointe au maire de Toulouse
13. Régis Laurand, adjoint au maire de Pau
14. Isabelle Fillon, conseillère municipale de Narbonne
15. Gilles Craspay, adjoint au maire de Tarbes
16. Caroline Couve, consultante en web-marketing
17. Daniel Gaudefroy, conseiller municipal d'Albi
18. Ophélie Lheureux, éducateur médico-sportif
19. Jean-Luc Rivière, conseiller régional
20. Chantal Davidson, adjointe au maire de Mont-de-Marsan

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :