Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, plaide pour la réélection de Pierre Cohen à Toulouse

 |   |  356  mots
Arrivée de Pierre Cohen et Bertrand Delanoë au bar Le Télégramme, à Toulouse
Arrivée de Pierre Cohen et Bertrand Delanoë au bar Le Télégramme, à Toulouse
Comme en 2008, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, est venu soutenir "son camarade et ami" Pierre Cohen, candidat à sa propre succession à la mairie de Toulouse. Éloquent, il a prononcé hier soir, jeudi 6 février, un discours élogieux, devant les militants socialistes toulousains, réunis au bar Le Télégramme, plein à craquer.

Comme en 2008, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, est venu soutenir "son camarade et ami" Pierre Cohen, candidat à sa propre succession à la mairie de Toulouse. Éloquent, il a prononcé hier soir, jeudi 6 février, un discours élogieux, devant les militants socialistes toulousains, réunis au bar Le Télégramme, plein à craquer.

C'est sous les cris et les applaudissements qu'arrivent Bertrand Delanoë et Pierre Cohen, hier soir, jeudi 6 février, au bar Le Télégramme à Toulouse, plein à craquer. "Avec vous, Toulouse avance !", scandent les militants socialistes toulousains, reprenant ainsi le slogan de campagne de Pierre Cohen, candidat à sa propre succession au Capitole. À ses côtés, le maire de Paris, Bertrand Delanoë. Comme lors de la campagne pour les élections municipales de 2008, il est venu soutenir, dit-il, son "camarade et ami".

"Toulouse s'est transformée"
Un camarade dont Bertrand Delanoë dresse le bilan : "Ces six dernières années ont été bonnes pour Toulouse. Six années de politique de gauche, en matière de logements, de services publics, de transports, de lutte contre la pollution." Le maire de Paris l'affirme : "Pierre Cohen est un bâtisseur, un novateur." Aujourd'hui, "Toulouse a changé", constate le socialiste, lui qui a fait ses études dans la Ville rose. "C'est une métropole qui compte, au niveau national et européen. Et c'est grâce à Pierre Cohen."

"Ne sanctionnez pas votre ville"
Bertrand Delanoë évoque également la politique gouvernementale : "Il se peut que certains soient déçus. Mais vingt mois, c'est court. Le gouvernement n'a pas pu nous sortir de la crise. La gauche a récupéré le pays dans une situation catastrophique", justifie-t-il, avant d'ajouter : "Si vous n'êtes pas convaincus par la politique gouvernementale, ne sanctionnez pas votre ville !" Le Parisien appelle, sans détour, à voter Pierre Cohen : "C'est un homme qui aime sa ville, qui s'y consacre entièrement, sans briguer d'autres mandats."

Son discours terminé, les militants et sympathisants socialistes redonnent de la voix : "On va gagner !", crient-ils en cœur. Longuement acclamés, Bertrand Delanoë et Pierre Cohen repartent en prenant un bain de foule.

Marie Vivent
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :