Osiris, un groupe de Toulouse propose des investissements immobiliers à Bali et en Thaïlande

 |   |  368  mots
NULL
NULL
Implanté à Toulouse depuis 25 ans, le groupe Osiris a pris le virage de l'international. Il propose depuis deux ans des produits immobiliers clés en main en Indonésie et en Thaïlande, deux pays à la "fiscalité douce", d'après Patrick Monti le fondateur d'Osiris.

Quelles sont les activités du groupe Osiris ?
Implantés à Toulouse depuis 25 ans, nous nous positionnions sur trois métiers différents : la promotion, l'administration de biens et la commercialisation. Nous disposons par ailleurs de deux bureaux à Montpellier et en Nouvelle-Calédonie. Notre particularité est de vendre des appartements à l'étranger, en particulier en Thaïlande et à Bali en Indonésie, à des Français désireux d'y investir ou de s'y installer. Dans notre branche administration de biens, nous gérons près de 7000 lots de syndic et près de 2000 lots entre Toulouse et Montpellier. Nous commercialisons environs 600 lots en Thaïlande pour le compte de promoteurs européens. Concernant notre activité de promotion immobilière, nous produisons un peu moins de cent lots par an entre Toulouse et Montpellier et une quarantaine de lots en Indonésie cette année.

Quel type de produits proposez-vous à l'étranger ? Quels sont vos clients cibles ?
En Thaïlande, nous commercialisons des appartements situés dans des condominiums à Phuket et Pattaya. À Bali, nous proposons des programmes de promotion immobilière clés en main. Il s'agit de maisons avec services situées dans des lotissements. Une maison de 95 m2 sur une parcelle végétalisée avec piscine est par exemple proposée à 129 500 € TTC. Les clients intéressés par ce genre de produits sont des investisseurs attirés par une fiscalité douce de l'ordre de 6 % sur les revenus fonciers, sans taxe foncière, ni taxe d'habitation. Il n'y a donc pas de double imposition dans ces pays, grâce à une convention fiscale signée avec la France. En dehors des investisseurs, nous voyons aussi des acheteurs soucieux de s'installer là-bas pour travailler ou pour leur retraite.

Vous étiez présents au salon de l'immobilier de Toulouse. Les Toulousains s'intéressent-ils à ce genre d'investissements ?
C'était notre premier salon à Toulouse et le bilan est positif. En trois jours nous avons conclu deux ventes fermes à Bali et enregistré un grand nombre de contacts très qualifiés. Les clients types pour ce genre de produits sont des urbains, installés dans un mode de vie qui donne une capacité de mobilité.

Propos recueillis par Béatrice Girard

© Photo Sophie Arutunian

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :