Le marché immobilier se stabilise à Toulouse selon la Fnaim 31

 |   |  303  mots
Dans l'hyper-centre le marché tient le coup
"Dans l'hyper-centre le marché tient le coup"
Emmanuelle Lassalle-Michel, présidente de la Fnaim 31, a présenté ses vœux la semaine dernière dans des locaux rénovés du boulevard Carnot. L'occasion de faire un point sur le marché de l'ancien à Toulouse, et de faire preuve d'optimisme pour 2014.Après une année de lutte acharnée dans le cadre du projet de loi Alur, le ton de la présidente de la Fnaim 31 est désormais à l'optimisme et à l'encouragement des troupes !

Emmanuelle Lassalle-Michel, présidente de la Fnaim 31, a présenté ses vœux la semaine dernière dans des locaux rénovés du boulevard Carnot. L'occasion de faire un point sur le marché de l'ancien à Toulouse, et de faire preuve d'optimisme pour 2014.

Après une année de lutte acharnée dans le cadre du projet de loi Alur, le ton de la présidente de la Fnaim 31 est désormais à l'optimisme et à l'encouragement des troupes !
Un ton partagé par le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Toulouse Alain Di Crescenzo qui souhaite "rassemblement, optimisme et combativité" aux professionnels de l'immobilier venus en nombre lors de la soirée des voeux d'Emmanuelle Lassale-Michel.
La soirée était aussi l'occasion de présenter les locaux historiques du syndicat, entièrement rénovés, et de nouveau accessibles au public, boulevard Carnot.
Concernant le marché de l'immobilier enfin, contrairement aux grands réseaux qui annonçaient la baisse des prix dans la Ville rose, la présidente Emmanuelle Lassalle-Michel, parle plutôt de stabilité. "Dans l'hyper-centre le marché tient le coup avec des prix moyens stables à 2 709 €/m2, c'est strictement la même chose que fin 2012. Même si, bien-sûr nous constatons parfois des baisses de prix selon la qualité du bâti", détaille la spécialiste.
La situation semble plus délicate à l'extérieur de Toulouse et en particulier sur le segment des maisons individuelles.
"Nous avons vu l'année dernière plusieurs cabinets recentrer leur activité dans le centre ville de Toulouse", confie la présidente de la Fnaim.
Enfin, malgré un contexte économique préservé à Toulouse, le marché immobilier aura été moins dynamique en 2013 que les années précédentes. "Nous avons perdu 15 à 20 % de volume de ventes", évalue-t-elle.

Béatrice Girard
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :