Toulouse Business School génère 310 M€ d'impact financier en Midi-Pyrénées. Interview de Jacques Igalens

 |   |  694  mots
Jacques Igalens
Jacques Igalens
Toulouse Business School révèlera demain, jeudi 20 février, les résultats d'une étude sur l'impact de l'école sur son environnement. TBS a des retombées financières et économiques très importantes sur le territoire, mais présente deux points faibles : la présence à l'international et la création d'entreprises. Explications du directeur de TBS, Jacques Igalens. Interview.Pourquoi avez-vous commandé cette étude sur l'impact de TBS sur son environnement ?

Toulouse Business School révèlera demain, jeudi 20 février, les résultats d'une étude sur l'impact de l'école sur son environnement. TBS a des retombées financières et économiques très importantes sur le territoire, mais présente deux points faibles : la présence à l'international et la création d'entreprises. Explications du directeur de TBS, Jacques Igalens. Interview.

Pourquoi avez-vous commandé cette étude sur l'impact de TBS sur son environnement ?

On entend beaucoup parler du concept de responsabilité sociale dans les entreprises. Je suis moi-même un spécialiste de la question. Je voulais appliquer ce principe à l'école que je dirige, et cela passe par rendre des comptes. Le terme approprié existe, mais seulement en anglais : accountability. Une façon pour nous, école de commerce, de surcroît établissement consulaire, de rendre des comptes aux territoires, aux entreprises, aux collectivités. Nous n'avons rien à prouver, mais c'est notre devoir. Nous mènerons cette étude tous les 4 à 5 ans.

Certains des résultats de l'étude vous ont-ils surpris ?
Oui. Je suis surpris de l'effet de levier financier généré par TBS. On estime qu'1€ investi dans le Groupe génère près de 21€ d'impact financier (budget, dépenses des étudiants, des congressistes, des professeurs, etc.). Ce chiffre atteint 75€ en incluant l'effet multiplicateur, c'est-à-dire que les sommes dépensées sont réinvesties dans l'économie locale. L'impact financier de TBS s'élève à 310 millions d'euros. C'est considérable.
Nous sommes également très performants sur la diffusion des connaissances. Nous participons à l'amélioration du niveau de gestion et du développement des PME, à l'attractivité de la ville pour la relocalisation des PME. L'impact économique généré par la présence de nos étudiants en entreprise est très important. Au total, la contribution globale des étudiants de TBS équivaut à 694 postes à temps plein pour les entreprises régionales.

Le document met en avant deux points faibles : l'international, et la création d'entreprises...

En effet. En ce qui concerne notre manque de notoriété à l'international, c'est un point sur lequel nous travaillons. Notre présence est insuffisante en Chine et en Inde notamment. Je reviens d'ailleurs de Bangalore, où nous allons essayer de nouer des partenariats avec de grandes écoles. Bangalore est une ville tournée vers l'aéronautique, comme Toulouse. Je pense que TBS peut faire plus, et mieux, à l'international.
En revanche, le problème est différent concernant la création d'entreprises. Le rapport ne nous accorde que 2 étoiles sur 5 sur ce critère. À mon avis, nous sommes très performants mais incapables de le montrer. Certains anciens de l'école ont probablement créé leurs entreprises sans que nous soyons au courant. Il faut améliorer la traçabilité de nos étudiants.

Quid de l'incubateur, TBSeeds ?
C'est un véritable succès. Il a été lancé en 2012 et l'année dernière, plus de 80 étudiants ont déposé un dossier, nous avons dû en refuser. La présence de cet incubateur a suscité des vocations, et c'est bon signe. Il y a une vraie volonté, un vrai dynamisme des étudiants. Je souhaiterais aller plus loin en proposant une aide à la levée de fonds.

Alors, Midi-Pyrénées peut-elle se passer de TBS ?
Clairement non ! Nous sommes un acteur majeur du territoire. Je vois TBS comme Airbus : tournée vers l'international, mais fortement ancrée en Midi-Pyrénées.

Propos recueillis par Sophie Arutunian
© photo DR/Rémi Benoit

En savoir plus :

- L'étude, réalisée par la Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises, a coûté 20.000 € HT.

- Le budget global annuel consolidé de TBS est de 43,490 M€. La fondation TBS présente un budget annuel de 300.000€ et l'association TBS Alumni 200.000€.

- TBSeeds a contribué à l'émergence de 20 projets en création et de 4 créations d'entreprises.

- En 2011-2012, 52 % des diplômés ont trouvé un emploi avant leur sortie de l'école, 77 % dans les 2 mois qui suivent l'obtention de leur diplôme.

- En 2013, le budget global alloué à la communication de TBS s'est élevé à 1,6 M€.

- Jacques Igalens est co-auteur du Que sais-je (PUF) sur la responsabilité sociale de l'entreprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :