Dans la galerie-atelier d'Aude Guirauden

 |   |  472  mots
Tayrona Colombie, oeuvre de Aude
Tayrona Colombie, oeuvre de Aude
Inaugurée le 8 mars, la galerie-atelier d'Aude Guirauden est un espace de travail (atelier de Aude) mais aussi le lieu d'exposition de ses œuvres et de celles d'autres artistes (galerie Guirauden). Interview.Pourquoi avez-vous ouvert un tel lieu ?

Inaugurée le 8 mars, la galerie-atelier d'Aude Guirauden est un espace de travail (atelier de Aude) mais aussi le lieu d'exposition de ses œuvres et de celles d'autres artistes (galerie Guirauden). Interview.

Pourquoi avez-vous ouvert un tel lieu ?

Je peins depuis une vingtaine d'années. Après une formation artistique à Paris, je me suis installée à Toulouse en 2003. A l'époque, je travaillais chez moi et j'exposais dans des restaurants, des offices de tourisme et dans des galeries toulousaines, à Aix-en-Provence et à Lyon. Les contraintes imposées par les galeries m'ont donné envie d'exposer librement des formats plus grands et j'ai eu le coup de cœur en visitant cet endroit. Huit mois de travaux ont été nécessaires pour créer un grand espace modulable et très lumineux donnant sur une cour intérieure et rénover les deux caves voûtées en créant des puits de lumière. Au rez-de-chaussée, place à mon atelier et aux œuvres plus grandes alors qu'au sous-sol je peux accrocher des tableaux dans un univers plus intime.

Quelle est votre technique de peinture ?

J'ai débuté par la peinture sur toile figurative à l'huile avec des portraits, des marines et des voyages (New York, Cuba, Vietnam, Barcelone...). Puis j'ai fait quelques essais de portraits sur papier et photo. Depuis trois ans, je suis arrivée à une technique mixte : je peins sur des photos personnelles retravaillées numériquement que je fais imprimer sur du papier photo. J'utilise des encres acryliques que j'appose sur la photo directement, permettant de garder la transparence tout en créant à chaque fois une œuvre unique. La couleur est omniprésente dans mon travail, rares sont mes tableaux monochromes, même si je pars souvent d'une photo noir et blanc. Ainsi, on peut avoir une double lecture de l'œuvre : celle de l'instantané avec la photo et celle de la couleur avec la peinture. Parfois, j'applique en dernier lieu une résine époxy qui donne un aspect vitrifié à mon travail tout en apportant des irrégularités de couvrances intéressantes qui mettent en valeur les variations de nuances de la peinture. Je réserve cette technique aux petits et moyens formats, mais sur demande je peux également le faire sur les grands tableaux.

Quelle est la ligne artistique de votre galerie ?

Je reste dans le contemporain avec du travail abstrait ou figuratif. Beaucoup d'œuvres résultent d'un travail mixte mais pas uniquement, il y a également des tableaux à l'huile ou à l'acrylique. L'idée est de garder une cohérence, mais surtout pas de tomber dans la routine. Je peux organiser des expositions dédiées à un seul artiste ou mettre en avant mon propre travail en l'entourant de quelques œuvres d'autres peintres ou sculpteurs.

Propos recueillis par Stéphanie de Balorre

Photo © DR

Info pratiques
32 rue des Paradoux, Toulouse - 05 61 32 69 23

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :