À Toulouse, Arnaud Montebourg érige Airbus en "symbole" de l'union franco-allemande

 |   |  426  mots
Arnaud Montebourg entouré de Sigmar GAbriel (à gauche), et de Fabrice Brégier et Didier Evrad (à droite)
Arnaud Montebourg entouré de Sigmar GAbriel (à gauche), et de Fabrice Brégier et Didier Evrad (à droite)
Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, et son homologue allemand Sigmar Gabriel ont visité ce lundi la chaîne d'assemblage de l'A350 à Colomiers. Les deux hommes ont salué la réussite industrielle d'Airbus, symbole d'une "union économique, financière, politique, et technologique". Ils se sont prononcés tous les deux contre une politique d'austérité en Europe.


Arnaud Montebourg était à Toulouse aujourd'hui. Le ministre de l'Économie, du redressement productif et du numérique, a fait le déplacement avec Sigmar Gabriel, vice-chancelier et ministre allemand de l'Économie et de l'énergie. Une visite de la chaîne d'assemblage de l'A350 placée sous le signe de la coopération européenne. Les deux hommes étaient accompagnés de Tom Enders, CEO d'Airbus Group, de Fabrice Brégier, président d'Airbus, ainsi que de plusieurs dirigeants de l'entreprise comme Patrick Piedrafita, président d'Airbus Operation SAS, Cécile Ha Minh Tu, directrice des relations institutionnelles d'Airbus et Didier Evrard, directeur du programme A350. Arnaud Montebourg a fait l'éloge d'Airbus, "symbole de la force industrielle de l'Allemagne et de la France, symbole d'une union économique, financière, politique, et technologique".

Airbus, "la réussite"
"Le tour de force d'Airbus, c'est d'assembler des avions, mais aussi d'assembler des nationalités." Arnaud Montebourg n'a pas tari d'éloges sur l'avionneur européen ce matin : mixité des nationalités, performances économiques, innovation, Airbus est selon lui un modèle de coopération franco-allemande "qu'il faut poursuivre dans d'autres domaines", a-t-il souhaité, sans plus de précisions. Sigmar Gabriel, de son côté, a confié que "tous les euro-septiques devraient se rendre au moins une fois ici, chez Airbus, pour constater cette coopération hors du commun". Les deux homologues "et amis" (Arnaud Montebourg tutoie Sigmar Gabriel) ont également lancé un appel aux États-Unis "pour qu'ils s'engagent dans une compétition loyale" : "Boeing n'est performant que sous perfusion de l'État. Airbus peut payer ses dettes sans les subventions", a rappelé avec fierté le vice-chancelier allemand.

"L'Union européenne doit se bouger"
D'une même voix, Arnaud Montebourg (PS) et Sigmar Gabriel (SPD, parti social-démocrate d'Allemagne) se sont également clairement prononcés contre une politique d'austérité en Europe, le Français citant même une phrase de l'économiste nobélisé Joseph Stiglitz : "aucune économie ne peut revenir à la prospérité par l'austérité". Le ministre s'est prononcé en faveur d'une relance par l'investissement : "L'UE doit se bouger", a t-il insisté.

En marge de cette visite, Arnaud Montebourg s'est également exprimé sur la création par Airbus et Safran d'une filiale dédiée aux lanceurs spatiaux (lire notre article). Le ministre a passé la fin de la journée à la préfecture de Toulouse. Il a participé à une table ronde sur la mise en œuvre du pacte de responsabilité, avec des représentants politiques et économiques locaux.

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :