Biocenys et Beeguard s'associent pour connecter les ruches

 |   |  303  mots
Biocenys pourra bientôt enrichir ses ruches d'outils connectés pour mieux suivre l'écosystème de ces petites bêtes.
Biocenys pourra bientôt enrichir ses ruches d'outils connectés pour mieux suivre l'écosystème de ces petites bêtes. (Crédits : DR)
Le spécialiste toulousain de l'implantation de ruches en entreprise, Biocenys, va s'associer à BeeGuard, qui développe une solution de suivi des ruches à distances grâce à l'internet des objets.

Déjà connue des Toulousains, Biocenys, la société spécialiste de l'implantation de ruches en entreprises (les sociétés Veolia, Icade, Habitat Toulouse, TBS et 3X Consultants ont notamment fait appel à elle à Toulouse) passe un nouveau cap en s'associant à Beeguard. Cette société toulousaine permet un suivi à distance des ruches. En s'associant les deux entreprises souhaitent récolter des données en temps réel tels que le poids, la localisation, la température et l'hygrométrie (quantité d'humidité contenue dans l'atmosphère) des ruches mais aussi connaître les interventions réalisées sur les ruches par les apiculteurs.

Biocenys pourra ainsi suivre les ruches à distance et offrir un service supplémentaire à ses clients. En effet, grâce aux ruches connectées, la société sera en mesure de repérer les éventuels problèmes (une chute de poids progressive peut, par exemple, signifier la perte de la colonie) et de façon générale mieux gérer les colonies.

Lire aussi : Biocenys, la Scop qui met des ruches dans les entreprises

"La solution que nous avons développée est déjà commercialisée pour les professionnels qui l'utilisent notamment pour optimiser le moment de la récolte en suivant les courbes des miellées, explique Christian Lubat cofondateur de BeeGuard. C'est en revanche une nouveauté que d'imaginer une interface grand public qui permette de rendre les informations plus pédagogiques."

Biocenys, qui doit gérer un cheptel de plus de 150 ruches réparties dans différentes entreprises en Occitanie commencera par équiper ses propres ruches. Ensuite, progressivement, les ruches d'entreprises seront équipées. "Nous pourrions même imaginer qu'un plus grand nombre de ruches soient connectées à l'échelle d'un territoire, pour fournir un indicateur environnemental encore jamais mis en place", imagine Emmanuelle Parache, fondatrice de Biocenys.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :