Val Tolosa : un nouveau permis de construire accordé au promoteur

 |   |  479  mots
Le projet Val Tolosa a été qualifié d'inutile et dépassé par ses opposants.
Le projet Val Tolosa a été qualifié d'"inutile et dépassé" par ses opposants. (Crédits : Rémi Benoît)
Louis Escoula, maire de la commune de Plaisance-du-Touch, a accordé un nouveau permis de construire au promoteur immobilier Unibail-Rodamco, afin de poursuivre la construction du complexe commercial Val Tolosa. Les opposants au projet préparent déjà la riposte.

Le long feuilleton concernant le projet Val Tolosa se poursuit : le promoteur Unibail-Rodamco, qui prépare la construction du grand complexe commercial sur le plateau de la Ménude (Plaisance-du-Touch) depuis 2001, a acquis le vendredi 5 août un nouveau permis de construire délivré par le maire de la commune, Louis Escoula. Le permis de construire initial, délivré en 2009, a été annulé par la Cour administrative d'appel de Bordeaux le 14 juin 2016, pour motif d'insuffisance du dossier d'impact et de méconnaissance d'un article du PLU.

Le collectif d'opposition "Non à Val Tolosa", présidé par Pascal Barbier, Thomas Penel et Patrick Gaborit, annonce qu'il a d'ores et déjà décidé d'un recours auprès du Tribunal administratif de Toulouse contre ce deuxième permis de construire. Il soulève notamment la non-conformité des accès routiers aux règlements d'urbanisme de la commune de Plaisance-du-Touch, et l'illégalité de la fermeture d'une portion de la route de Pibrac (ex RD24). Par ailleurs, selon le collectif, le projet du complexe commercial est "inutile et dépassé".

Une procédure sans fin

En 2013, le collectif d'opposition "Non à Val Tolosa" avait formé un recours devant le Tribunal administratif de Toulouse afin de demander l'annulation du permis de construire délivré en 2009. Suite au rejet de cette requête, les opposants avaient déposé en janvier 2014 un recours devant la Cour administrative d'appel de Bordeaux. Le 14 juin 2016, cette dernière a répondu en leur faveur et a annulé le permis de construire. En parallèle, le Tribunal administratif de Toulouse a également annulé l'arrêté autorisant le promoteur à détruire les espèces protégées présentes sur le site de construction de Val Tolosa. Aujourd'hui, les opposants se lancent donc dans un nouveau recours contre le complexe.

Un complexe commercial de 36 hectares

D'un coût total de 350 millions d'euros, le projet prévoit une surface de 63 250 m2 de commerce, comprenant un hypermarché, 150 boutiques, et un magasin de 7 000 m2. Le bâtiment devrait également être équipé de 60 000 m2 de panneaux solaires (qui seront situés sur les toitures et les ombrelles des parkings), d'un système de récupération des eaux de pluie et de 8 hectares de parc intégrant un jardin pédagogique et un plan d'eau. Le complexe devrait également être certifié par la méthode Breeam grâce à son système de ventilation naturelle.

Val Tolosa devrait être le 3e centre commercial du département après ceux de Portet et de Blagnac. À la fin du mois de mars 2016, un accord-cadre entre le promoteur, le préfet de Haute-Garonne Pascal Mailhos et le Département a permis d'améliorer le projet en y rajoutant un cinéma multiplexe de 2 500 places et une médiathèque. Les travaux de construction, qui avaient débuté sans autorisation en mars 2015 avant d'être stoppés, ont repris cet été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :