Premier trimestre encourageant pour l'immobilier de bureau

 |   |  327  mots
Le futur siège social de Thales à Labège
Le futur siège social de Thales à Labège (Crédits : Pitch)
Au premier trimestre 2015, les grandes entreprises ont dopé le marché toulousain de l'immobilier de bureaux. Mais le retour des PME et PMI se fait encore attendre.

45 000 m2 de surfaces de bureaux ont été commercialisés ce premier trimestre dans l'agglomération toulousaine, contre 32 000 m2 en moyenne sur la même période ces quatre dernières années. Un bon score qui s'explique par deux transactions phare : les 10 000 m2 vendus pour Thales sur la Zac de l'Hers, à Labège, et 15 500 m2 pour le rectorat sur la Zac Niel à Toulouse. "Un bon résultat qu'il faut savoir apprécier car ces transactions clés en main et en compte propre traduisent aussi le dynamisme de l'agglomération", a estimé Christian Peyge, le président de l'OTIE, à la présentation des résultats au siège du Sicoval, en présence des élus.

Un bémol cependant avec les transactions de seconde main : 16 688 m2 ont été commercialisés ce trimestre. "Ce chiffre reste parfaitement stable ces dernières années entre 15 000 et 17 000 m2, et c'est malheureusement un peu faible pour nous permettre de faire descendre le stock de bureaux disponibles dans l'agglomération", regrette-t-il. Un stock qui s'élève actuellement à 218 800 m2 et ne cesse de progresser. Il traduit aujourd'hui un taux de vacance de 5 % qui, s'il reste dans la moyenne des autres agglomérations, continuera de progresser en 2015 et 2016. En effet, les livraisons attendues de plusieurs grandes opérations telles que le siège d'Akka Technologies ou celui de Safran se traduiront inévitablement par la libération de grandes surfaces de seconde main.

Pour inverser la tendance, les commercialisateurs comptent sur le retour des PME-PMI et TPI. "Ce n'est pas encore le cas... et l'on sait que ces entreprises sont celles qui ont le plus de mal à redémarrer depuis la crise, indique Christian Peyge. Quand elles le font, elles investissent en premier lieu dans leur outil de production, dans un deuxième temps seulement dans l'immobilier." Si la reprise annoncée au niveau national se confirme, les premières transactions engagées par ce type d'entreprises pourraient se manifester au second trimestre 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :