Latécoère Services officiellement cédé au groupe ADF

 |   |  262  mots
Latécoère Service emploie 841 salariés.
Latécoère Service emploie 841 salariés. (Crédits : Rémi Benoit)
La branche services de l'équipementier aéronautique toulousain Latécoère a été rachetée par le groupe ADF pour un montant de 60 millions d'euros. Ce projet de cession entre dans le cadre d’un large plan de restructuration initié par Latécoère en juin dernier.

Le projet était connu depuis plusieurs mois. Le groupe ADF vient d'officialiser ce jeudi 22 décembre l'acquisition de Latécoère Services (101 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2015), filiale du célèbre équipementier aéronautique toulousain. Le montant de la transaction s'élève à 60 millions d'euros. L'ensemble des effectifs , soit actuellement 841 salariés, est maintenu.

ADF, groupe de service en ingénierie et maintenance pour l'industrie, a réalisé un chiffre d'affaires de près de 300 millions d'euros en 2016 et emploie plus de 3 000 collaborateurs dans six pays en Europe et en Afrique. "Cette acquisition permet au groupe ADF de se déployer désormais dans 13 pays et de renforcer son savoir-faire d'intégrateur industriel. Avec cette croissance externe, l'entreprise réalisera en 2017 un chiffre d'affaire prévisionnel de 410 millions d'euros", indique ADF via un communiqué.

Les syndicats craignent "un démantèlement de l'usine"

Cette cession intervient en pleine restructuration du groupe Latécoère. Annoncé le 6 juin dernier par la direction du groupe, ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévoit au terme des négociations avec les syndicats 157 licenciements et 75 mutations (majoritairement vers le site de Gimont dans le Gers), la création d'un nouveau site de production près de Toulouse et une nouvelle implantation en Bulgarie pour les activités d'assemblage à faible valeur ajoutée.

À l'occasion d'une manifestation organisée le 21 septembre dernier devant le siège de l'équipementier, les syndicats s'étaient alarmés de la cession de la filiale Latécoère Services, craignant "une stratégie de démantèlement de l'usine".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :