Aéronautique : ATR inaugure un nouveau site de maintenance à Francazal

 |   |  724  mots
Patrick de Castelbajac, président exécutif d'ATR, a inauguré les instalaltions
Patrick de Castelbajac, président exécutif d'ATR, a inauguré les instalaltions (Crédits : Rémi Benoit)
Le constructeur d'avions à hélices ATR, à l'étroit à Blagnac, a inauguré ce lundi 4 juillet ses nouvelles installations sur l'aéroport de Francazal, à Cugnaux. En pleine croissance, la société installera 80 salariés sur ce nouveau site d'ici à fin 2016. Une véritable "vitrine" pour Francazal.

ATR s'agrandit et ancre sa présence sur le territoire régional. Le constructeur d'avions régionaux (filiale d'Airbus et de Leonardo, ex-Finmeccanica), porté par sa forte croissance, a inauguré ce lundi 4 juillet de nouvelles installations. D'une surface de 2 500 m2, ce nouveau site n'est pas à Blagnac (site historique de l'avionneur), mais à Francazal, sur la commune de Cugnaux. Une nécessité selon Patrick de Castelbajac, président exécutif d'ATR :

"Nous étions à l'étroit sur le site de Blagnac, notamment à cause de la croissance d'Airbus, qui prend de plus en plus de place ! Nous sommes heureux de continuer à faire vivre le site de Francazal, qui est chargé d'histoire aéronautique. Nous avons eu des appels du pied de certains pays mais nous avons choisi de rester ici."

inauguration ATR Francazal

Patrick de Castelbajac. En arrière plan, le prototype ATR 72. © photo Rémi Benoit

80 salariés d'ici à la fin de l'année

Les nouvelles installations d'ATR accueilleront, d'ici à la fin de l'année, 80 salariés de l'entreprise dans trois secteurs différents : la maintenance des avions, le prototypage, et la formation. Une grande partie des salariés viendront du site ATR situé à Cornebarrieu (et dont le propriétaire est Latécoère).

Si aucun recrutement particulier n'est prévu, Laurence Rigolini, secrétaire générale d'ATR, précise qu' "ATR recrute 100 personnes par an depuis 3 ans". L'avionneur fait travailler 1 300 personnes en Midi-Pyrénées, 4 000 en France, et 7 000 dans le monde, "et le site d'ATR à Francazal est amené à se développer davantage", précise Patrick de Castelbajac, rappelant les chiffres clé de l'entreprise :

"Nous avons enregistré une croissance de la production de 70 % en 5 ans, et une croissance des effectifs de 50 % sur la même période. L'année dernière nous avons réalisé 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Nous avons livré 88 avions en 2015, un record que nous comptons battre cette année avec 90 livraisons au moins."

À ce jour, ATR a réalisé 30 livraisons en 2016. "L'objectif est tenable", assure Laurence Rigolini.

Francazal, l'avenir de l'aéronautique en région ?

ATR a signé avec la Sefta (société gestionnaire l'aéroport de Francazal, dont l'actionnaire majoritaire est SNC Lavalin) un contrat de concession pour 43 ans. Une opération qui s'est déroulée en un temps record.

"Le contrat a été signé le 13 avril dernier. Les travaux de rénovation du hangar ont été très rapides. C'est une fierté pour nous d'accueillir ATR car c'est une véritable vitrine pour le site", se félicite Bertrand Bilger, président de la Sefta (société de gestion de l'aéroport de Toulouse Francazal). Le site de Francazal regroupe à ce jour environ 25 entreprises, principalement dans le secteur de l'aéronautique.

"Francazal est l'espace qu'il faut pour permettre à Toulouse de poursuivre son développement en matière d'aéronautique. Il y a ici déjà 250 emplois, et cela ne fait que commencer, j'en suis sûr", commente Bertrand Bilger.

Pour lui, la présence d'ATR sur le site est non seulement "une première étape pour ATR", mais aussi "un signal pour les entreprises aéronautiques" qui voudraient s'installer sur Francazal.

Pour rappel, SNC Lavalin, en partenariat avec la CCI et ATB, a signé en 2013 avec l'État une concession de 45 ans pour le site de Francazal et visait alors la création de 1 000 emplois. L'objectif affiché était de "développer l'aviation d'affaires, la Défense et les activités aéro-industrielles, afin de conforter Toulouse dans sa position de capitale mondiale de l'aéronautique".

Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a précisé lors de l'inauguration ce matin qu'une étude est toujours en cours sur l'utilisation des 38 hectares de la zone sud de Francazal - qui n'est pas détenue par la Sefta - et "dont l'avenir est à préciser".

Francazal, qui a vu les premiers essais en vol de Dewoitine et les tout premiers vols Air France pour l'Amérique du Sud, héberge également une base aérienne militaire.

inauguration ATR Francazal

Hangar ATR à Francazal © photo Rémi Benoit

Une inauguration "bon enfant"

Pour cette inauguration, l'équipe d'ATR en charge de la communication a proposé aux participants un atelier photo qui n'a pas manqué de faire sourire, notamment quand le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc a pris la pose avec Patrick de Castelbajac.

inauguration ATR Francazal


© photo Rémi Benoit

inauguration ATR Francazal

© photoRémi Benoit

inauguration ATR Francazal

© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :