Qui de Pascal Descargues, Carole Zisa-Garat ou Thomas Fantini sera élu Jeune entrepreneur 2014 ?

 |   |  339  mots
Pascal Descargues (Genoskin), Carole Zisat-Garat (Telegrafik) et Thomas Fantini (Compagnie des Pergos).  © Photos DR/Rémi Benoit
Pascal Descargues (Genoskin), Carole Zisat-Garat (Telegrafik) et Thomas Fantini (Compagnie des Pergos). © Photos DR/Rémi Benoit
Pascal Descargues (Genoskin), Carole Zisa-Garat (Telegrafik) et Thomas Fantini (Compagnie des Pergos) concourent pour le prix du Jeune entrepreneur, qui sera attribué le 8 décembre prochain, au Casino-Théâtre Barrière, à Toulouse, lors de la 6e édition des Grands Prix de l'Économie, organisée par Objectif News.

Titulaire d'un doctorat en biologie à l'Université Paul Sabatier, à Toulouse, Pascal Descargues est passé de la recherche fondamentale à la création d'une start-up de façon "naturelle". "Je souhaitais valoriser mes connaissances, confie-t-il. Et le lien entre les découvertes que j'avais eu la possibilité de faire et le développement d'outils utiles était à la fois logique et direct." Fondée en 2011, la société Genoskin développe des modèles de peau humaine destinés à éviter l'utilisation d'animaux dans les tests de produits cosmétiques, pharmaceutiques et chimiques. La société, qui réalise 70 % de son chiffre d'affaires à l'international, principalement en Europe du nord et aux États-Unis, ambitionne de devenir leader mondial sur son marché.

Carole Zisa-Garat entame sa deuxième vie. Après avoir travaillé durant dix ans au sein du groupe Renault en région parisienne, à des postes d'encadrement - "jusqu'à 120 personnes, que des hommes !" - et de direction, la jeune Toulousaine a fondé la société Telegrafik en septembre 2013. "C'était une aspiration personnelle de longue date, confie-t-elle. Et cela fait sens, de par mon expérience du management d'équipes et des projets en environnement complexe." La société Telegrafik débute actuellement la commercialisation de son offre, Otono-me, un système d'alerte et de monitoring destiné aux personnes fragilisées à domicile. Son objectif pour 2015 : atteindre les 200.000 euros de chiffre d'affaires.

Des restaurants (La Pergola), des établissements hôteliers (les Perghôtels) et un concept de snacking (Pains et Pergos) : le groupe toulousain La Compagnie des Pergos, fondé en 2009 par Thomas Fantini, rassemble de multiples activités. L'histoire a débuté en 2004, lorsque ce passionné de restauration a repris La Pergola, une institution toulousaine. Aujourd'hui, le groupe possède six restaurants et deux hôtels. "Nos établissements ont tous le même esprit, celui du Sud-Ouest", explique Thomas Fantini, qui souhaite se déployer à la fois dans la région et à Paris. Le groupe, qui devrait enregistrer cette année un chiffre d'affaires de 5 M€, vise les 6,5 M€ de CA en 2015 et les 8 M€ en 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :