A Toulouse, Jean-Luc Moudenc effectue sa rentrée politique et épingle Pierre Cohen

Jean-Luc Moudenc, député et président de l'UMP 31, tenait une conférence de presse de rentrée ce mardi 18 septembre. Du local au national, l'ancien maire de Toulouse a abordé différents thèmes tels que le dossier Sanofi, les zones de sécurité prioritaires, le logement social ou les élections internes pour la présidence de l'UMP. Nouvellement élu à l'Assemblée nationale, Jean-Luc Moudenc tacle au passage Pierre Cohen, président de Toulouse Métropole.

3 mn

Lors de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Luc Moudenc était accompagné par les élus municipaux Danièle Damin et Roger Atsarias
Lors de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Luc Moudenc était accompagné par les élus municipaux Danièle Damin et Roger Atsarias

Jean-Luc Moudenc, député et président de l'UMP 31, tenait une conférence de presse de rentrée ce mardi 18 septembre. Du local au national, l'ancien maire de Toulouse a abordé différents thèmes tels que le dossier Sanofi, les zones de sécurité prioritaires, le logement social ou les élections internes pour la présidence de l'UMP. Nouvellement élu à l'Assemblée nationale, Jean-Luc Moudenc tacle au passage Pierre Cohen, président de Toulouse Métropole. En cause, « une erreur dans le recensement de la population » qui entraînerait chaque année une perte de 5 millions d'euros pour Toulouse.

« En raison d'un travail de recensement mal assuré par la mairie de Toulouse depuis 2009, ce sont près de 5 millions d'euros que nous perdons tous les ans », a dénoncé Jean-Luc Moudenc, président de l'UMP 31, dès le début de sa conférence de presse de rentrée qui se tenait ce mardi 18 septembre.

Selon le recensement opéré, la croissance démographique se limiterait à 800 habitants par an depuis que Pierre Cohen est en charge de la ville. « Cela ne correspond pas à la réalité, assure le nouveau député de Haute-Garonne. Et cela serait un complet renversement de situation de tendance par rapport à la période précédente où le solde migratoire était positif de 0,5%, soit plus de 2 000 habitants par an ».

Cette erreur aurait des répercutions financières pour la ville puisque les aides de l'Etat (la Dotation Globale de Fonctionnement) sont affectées en fonction du nombre d'habitants : 250 euros par habitant pour la ville et 60 euros par habitant pour la Communauté urbaine. « Les impôts des Toulousains vont devoir compenser les pertes des aides de l'Etat en raison de ces recensements mal réalisés », alerte l'élu d'opposition.

Par ces attaques destinées à l'encontre des élus de la majorité socialiste, Jean-Luc Moudenc montre ainsi qu'il faudra compter sur lui à l'occasion des prochaines élections municipales en 2014. Ce dernier ne cache pas ses ambitions et indique être officiellement candidat depuis la perte de son mandat au Capitole, en 2008. Pour autant, l'unique député UMP de Haute-Garonne ne se dit pas opposé à l'organisation de primaires internes pour désigner le candidat aux prochaines municipales.

Duel Copé / Fillon

Concernant le duel annoncé entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP, Jean-Luc Moudenc ne prendra pas position en faveur de l'un ou de l'autre. « Je suis le président d'une fédération éprouvée par les divisions ayant eu lieu dans le passé, justifie-t-il. Nous avons consacré beaucoup d'efforts à retrouver de la sérénité. Je n'ai pas envie, par ma prise de position, de raviver des tensions. Je me dois de préserver l'unité ».

Lors de la conférence de presse, Jean-Luc Moudenc a regretté l'absence de Toulouse parmi les premières Zones de sécurité prioritaires (ZSP), une initiative lancée par le nouveau ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Il invite ce dernier à intégrer au plus vite Toulouse dans la deuxième liste de Zones de sécurité prioritaires. « Dans l'idéal, il faudrait prendre la ville dans son ensemble et ne pas mettre en concurrence un quartier ou un autre ».

Sur la question du logement social, l'ancien maire de Toulouse a annoncé qu'il voterait la disposition législative prévoyant de relever à 25 % la part de logements sociaux dans chaque ville. « Il s'agit d'un objectif que j'ai toujours approuvé », précise-t-il.

Jean-Luc Moudenc s'est enfin exprimé sur la situation du groupe pharmaceutique Sanofi, à Toulouse. « Le désengagement des dirigeants serait une insulte au bon sens, a-t-il déclaré. Toulouse est l'une des villes ayant le plus fort potentiel de recherche en France... »

Hugues-Olivier Dumez

© photo HOD

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.