Régionales 2015 : Louis Aliot (FN) annonce son calendrier de campagne

 |   |  432  mots
Le candidat du FN, Louis Aliot (à droite), et Julien Léonardelli, président du FN31 lors des élections départementales/
Le candidat du FN, Louis Aliot (à droite), et Julien Léonardelli, président du FN31 lors des élections départementales/ (Crédits : Rémi Benoit)
Le candidat du Front National pour les élections régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées était à Toulouse ce lundi 14 septembre pour lancer sa campagne. Il présentera ses têtes de liste le 21 septembre et son programme en octobre. N'étant "pas un révolutionnaire", il promet qu'il ne fera pas "table rase du passé" s'il était élu.

En tête des intentions de vote au premier tour selon le dernier sondage OpinionWay, malgré une très forte impopularité (65 % d'opinions négatives), Louis Aliot était à Toulouse ce lundi 14 janvier pour sa première conférence de presse en Haute-Garonne dans le cadre des élections régionales.

Si ce n'est la mise en avant de deux anciennes élues à la mairie de Toulouse ralliées au FN (Chantal Dounot, ex-UMP, et Maïté Carsalade, ex-UDF et NC) et d'une allusion voilée au maire de Béziers Robert Ménard, qui pourrait être candidat en Languedoc-Roussillon, Louis Aliot n'a pas souhaité préciser la composition de sa liste pour les régionales. Celle-ci sera dévoilée le 21 septembre.

Comme nous l'avions annoncé, sa campagne, axée sur la ruralité, partira de Carmaux, où Jean Jaurès fut élu député en 1893, "une ville où le FN n'aurait jamais imaginé avoir des soutiens alors que nous y avons des conseillers municipaux à présent". Tout un symbole selon lui de l'échec de la gauche.

"Midi-Pyrénées est gouvernée depuis trois mandat par le PS, le PCF et EELV. Ils partagent un bilan, même s'ils partent séparément, a attaqué le conseiller régional de Languedoc-Roussillon et vice-président du Front National. La gauche et la droite sont nos adversaires, mais j'ai un message pour les gens qui ne veulent plus d'un exécutif socialiste à Toulouse et Montpellier : le FN est la seule solution."

Faute d'un programme concret à présenter (il le sera en octobre), le candidat FN a donc taclé ses adversaires de droite : "Dominique Reynié aurait pu être sur une liste PS ou centre mou. Il est pour l'immigration, l'entrée de la Turquie dans l'UE, la GPA et le mariage pour tous." Comme de gauche : "Que Carole Delga se rassure, nous allons nous occuper de son bilan, de ceux de Martin Malvy et du gouvernement qui pèseront lourd." Et de conclure à propos du "LRPS" (le nouveau sobriquet remplaçant l'UMPS) que "le PS et l'UMP ont la même politique et les gens n'en veulent plus".

Étonnement, le candidat du Front National assure pourtant qu'il ne compte pas "faire table rase du passé" s'il est élu président de région. "Je ne suis pas un révolutionnaire, assure-t-il. Je continuerai ce qui se fait", notamment pour la ruralité, dont il annonce vouloir faire sa priorité. Pour rappel, le Conseil régional de Midi-Pyrénées investit 21,6 millions d'euros cette année pour l'agriculture, l'agroalimentaire et la ruralité. Un changement dans la continuité en somme.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2015 à 16:20 :
J'ai déjà voté PS et voté UMP mais cette fois, ce sera Louis Aliot sans la moindre hésitation.
Homme de conviction que j'ai connu lors de mes Etudes à Toulouse, il serait un formidable Président de Région.
Ultime précision, les musulmans de progrès seront respectés et même aimés car ils sont aussi la France d'aujourd'hui.
Par contre les islamistes qui veulent la disparition de la France ne seront plus aussi libres qu'avec leurs amis UMPS.
Quand on sait que la soeur d'un médiocre terroriste (s'attaquant à des enfants désarmés) se pavanait avec l'argent du social, nous ne devons plus hésiter.
C'est l'avenir de nos enfants et de notre pays qui sont en jeu.
Finie de plaisanter !!!
a écrit le 15/09/2015 à 14:07 :
Oui,le FN a la solution .Ils sont les seuls à analyser objectivement et avec lucidité les blessures profondes de la France.Il ne faut surtout pas se résigner et voir la France souffir puisqu'il existe des remèdes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :