Vueling lance 7 liaisons aériennes, dont Toulouse - Barcelone

 |   |  512  mots
La compagnie aérienne low-cost espagnole Vueling a annoncé ce mardi 9 novembre la création de sa première base française au cours d'une conférence de presse à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Outre la liaison Toulouse-Barcelone, des vols directs seront disponibles à destination de Paris, d'Ibiza, de Venise, de Pise, d'Amsterdam et de Malaga.Fondée il y a six ans, la compagnie aérienne espagnole Vueling « est relativement jeune », explique son président, Josep Piqué.

La compagnie aérienne low-cost espagnole Vueling a annoncé ce mardi 9 novembre la création de sa première base française au cours d'une conférence de presse à l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Outre la liaison Toulouse-Barcelone, des vols directs seront disponibles à destination de Paris, d'Ibiza, de Venise, de Pise, d'Amsterdam et de Malaga.

Fondée il y a six ans, la compagnie aérienne espagnole Vueling « est relativement jeune », explique son président, Josep Piqué. « Nous avons commencé avec deux avions, et aujourd'hui nous possédons une flotte de 36 Airbus A320, qui relient 50 destinations en Europe, en Afrique du Nord et au Proche-Orient ». Dès le mois de mai 2011, Vueling étendra son offre en proposant 40 vols hebdomadaires au départ de Toulouse vers Barcelone, Paris, Pise, Venise, Amsterdam, Malaga et Ibiza. L'objectif étant d'atteindre les 200.000 places au total pour l'été 2011. La politique tarifaire est attractive : à partir d'une vingtaine d'euros, jusqu'à un maximum de 160 €.

Pour autant, Josep Piqué et le directeur général de Vueling, Alex Cruz de Llano préfèrent au terme de low cost celui de « compagnie avec des coûts bas, ce qui n'est pas la même chose : nous proposons des services d'interconnexion que n'offrent pas les autres compagnies low-cost, et plusieurs opportunités aux hommes d'affaires qui voyagent sur nos lignes, comme la possibilité de choisir son siège ou de retarder le vol de retour ». Une stratégie qui a déjà assuré à Vueling, aux dires de l'équipe dirigeante, « la place de leader à l'aéroport de Barcelone avec 25 % du trafic », ainsi qu'à Séville et Bilbao. Quant à savoir si elle réussira à Toulouse, là où d'autres compagnies aériennes à bas coût ont échoué sur cette liaison, mystère...

Pour Josep Piqué, il s'agit d'un choix naturel, puisque outre « la tradition aéronautique de Toulouse, c'est le centre d'une région très dynamique ». Également présent, le président de la CCI Claude Terrazzoni opine, rappelant que « l'économie, c'est avant tout la mobilité ». Tout comme la mobilité devrait profiter à l'économie toulousaine, puisque comme le souligne Josep Piqué, « ce sont 150 emplois directs et encore plus d'emplois indirects qui devraient être créés ».

De quoi réjouir également le président du directoire de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, Jean-Michel Vernhes : « Ca faisait longtemps qu'on voyait les avions Vueling construits chez Airbus décoller, mais c'est la première fois qu'on les voit atterrir à Toulouse ! ». Autre nouveauté, « c'est la première fois qu'une compagnie low cost choisit Toulouse pour se baser ». Pour Jean-Michel Vernhes, le choix de Vueling incarne surtout « les liens très forts que la région Midi-Pyrénées entretient avec l'économie catalane ». « Quant à savoir si, dans le futur, Toulouse deviendra une ville catalane ou si la Catalogne deviendra française, je ne m'avancerai pas ! »

Simon Castéran

En savoir plus :
- http://www.vueling.com

En photo : Josep Piqué, président de Vueling (à g), Jean-Michel Vernhes, président du directoire de l'aéroport de Blagnac et Alex Cruz de Llano, directeur général de Vueling (© Simon Castéran)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :