Louis Gallois à Toulouse pour le lancement opérationnel de l'IRT : 11 projets de recherche lancés pour 50 M€

 |   |  636  mots
Charles Champion, Gilbert Casamatta, Louis Gallois et Ariel Sirat
Charles Champion, Gilbert Casamatta, Louis Gallois et Ariel Sirat
Le Commissaire général à l'investissement Louis Gallois a fait le déplacement à la Cité de l'espace de Toulouse ce lundi pour le lancement opérationnel de l'Institut de recherche technologique. L'IRT-AESE, rebaptisé IRT Saint-Exupéry, est un accélérateur d'innovation, financé par les Investissements d'avenir et spécialisé dans l'aéronautique, le spatial et les systèmes embarqués. Il s'installera sur le site de Toulouse Montaudran Aérospace d'ici 2015. 11 projets sont déjà lancés.


La convention avec l'Agence nationale de la recherche a été signée le 6 septembre dernier, et depuis une semaine, l'IRT de Toulouse est opérationnel. D'ici 2016 l'Institut regroupera 200 personnes, chefs de projets, doctorants et post-doctorants, chercheurs, experts et ingénieurs et techniciens. Cet "accélérateur d'innovation" vise à élaborer des technologies de rupture dans 3 domaines clé : matériaux composites, aéronefs plus électriques et systèmes embarqués.

Après une période de gestation de 3 ans sous l'appellation "IRT-AESE", l'IRT Antoine de Saint-Exupéry a été lancé officiellement ce lundi à la Cité de l'espace, en présence de 350 industriels et scientifiques. Le Commissaire à l'investissement Louis Gallois a reconnu que "le processus de gestation a été un peu long" mais "l'IRT de Toulouse est en marche".

Implantation stratégique
Hébergé provisoirement dans des locaux sur le site universitaire de Rangueil, l'IRT sera installé d'ici 2015 sur le campus Montaudran Aerospace. Un choix cher à Pierre Cohen, président de Toulouse Métropole : "l'IRT constitue une véritable passerelle entre la recherche scientifique publique et la recherche industrielle sur le Campus Aérospace de Toulouse, dans le quartier de Montaudran. Il s'y trouvera à proximité du CEA Tech, de l'espace Clément Ader, de la Maison de la formation portée par le Pres, du pôle Aerospace Valley... Notre ambition, à Montaudran, est de créer, à l'image de l'Oncopole, un véritable campus d'envergure internationale associant universités, laboratoires de recherche, partenaires industriels majeurs, PME et collectivités."

Pour Gilbert Casamatta, président de l'IRT, "la présence du CEA Tech à côté est une chance. Avoir tous les outils de recherche technologique à Toulouse est important, on ne va pas bouder notre plaisir." Pas de risque de compétition pour les financements, a affirmé Louis Gallois, "les investissements d'avenir ne financent pas directement les CEA Tech". Gilbert Casamatta a garanti que l'IRT et le CEA Tech travailleront ensemble.

11 projets lancés
L'IRT va d'ores et déjà lancer 11 projets de recherche, "cinq dans le domaine des matériaux, trois dans les aéronefs plus éclectiques et trois dans les systèmes embarqués", précise Ariel Sirat, le directeur général de l'IRT. Les entreprises Actia, Aerolia, Airbus, Altran, Astrium, Continental, Eurocopter, Freescale, Labinal, Liebherr Aerospace, Sagem, Tales Alenia Space, sont, entre autres, impliqées dans ces 11 projets, qui représentent un budget de 50 M€ sur les 330 M€ dont est doté l'IRT. Une deuxième vague de projets sera lancée début 2014.

Sophie Arutunian
© photo Rémi Benoit

En savoir plus:
L'IRT AESE est l'un des huit Instituts de recherche technologiques labellisés par l'État dans le cadre des Investissements d'avenir. Il associe des partenaires publics et privés pour développer sur un même site principal - Toulouse Montaudran Aérospace à l'horizon 2015 - ainsi que sur Bordeaux, des activités de recherche de classe mondiale adossées à des plateformes technologiques et des compétences de haut niveau. Cet environnement collaboratif intégré permet le développement des technologies de rupture dont la maturité est en phase avec les besoins de l'industrie aérospatiale et des systèmes embarqués. Il vise à rendre l'industrie plus compétitive au niveau mondial en menant des recherches dans trois technologies clés : les matériaux multifonctionnels à haute performance, les technologies pour l'aéronef plus électrique et les systèmes embarqués.

Fruit d'un partenariat équilibré public-privé, l'IRT AESE réunit les grands industriels de la région des secteurs concernés et des établissements publics et leurs laboratoires (Cnes, CNRS, les Pres de Toulouse et Bordeaux). L'État et les industriels contribuent chacun au financement de l'IRT à hauteur de 145 M€. Les collectivités locales, Toulouse Métropole, le Conseil général de Haute Garonne et le Conseil régional Midi-Pyrénées complètent le dispositif avec chacune 7 M€ d'apports.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :