Startup : le jeu vidéo Xfield Paintball bientôt sur PC et console

 |   |  848  mots
La casque de réalité virtuelle Oculus Rift devrait accompagner la version PC/console du jeu vidéo Xfield Paintball
La casque de réalité virtuelle Oculus Rift devrait accompagner la version PC/console du jeu vidéo Xfield Paintball (Crédits : DR)
La startup toulousaine de jeu vidéo Xfield Paintball a annoncé l'arrivée de son jeu vidéo éponyme sur PC et console d'ici à la fin de l'année. Le jeu, disponible jusqu'ici sur smartphones et tablettes, sera adapté à l'utilisation d'un casque de réalité virtuelle et doit permettre à la startup de s'imposer aux États-Unis.

Pionnière du jeu vidéo de paintball sur mobile, la société toulousaine Xfield Paintball, créée en 2012 et hébergée à l'IOT Valley, planche sur une nouvelle version de son jeu vidéo éponyme qui pourrait sortir sur PC, puis sur console, d'ici à la fin de l'année. Une évolution rendue possible par une levée de 940 000 euros réalisée en 2015. Cela représente une nouvelle étape pour cette startup, fondée par Fabrice Tron et Sébastien Munier, qui a su imposer Xfield Paintball sur le marché.

Ce jeu de paintball 3D et d'airsoft permet de jouer sur une reproduction informatique de terrains officiels, avec une équipe de 10 joueurs et en temps réel. La première version, conçue en 2012 en partenariat avec les sociétés toulousaines Audiogaming et Paintball Designer, a été amortie en 8 mois grâce à une formule premium (contenu complet payant). Après une levée de fonds de 220 000 euros en 2013, la startup a pu développer une deuxième version du jeu, téléchargée plus de 7 millions de fois, dans une formule free to play (téléchargement gratuit, contenus supplémentaires payants, NDLR).

Avec ce développement sur PC et console, la jeune société spécialisée dans les jeux vidéos FPS (First-person shooter ou jeu de tir en vue subjective, NDLR) de paintball espère à moyen terme "réaliser un million de téléchargement en mode premium". Histoire de fidéliser encore davantage une communauté de joueurs importante.

Un jeu vidéo pour monétiser une communauté

Ainsi, Fabrice Tron et Sébastien Munier ont été les premiers à créer un jeu de paintball multijoueurs 3D en temps réel sur mobile, alors que leurs concurrents étaient présents sur console. La jeune société souhaitait développer un jeu communautaire qui rapprochait le monde réel et le digital.

Fabrice Tron explique que la volonté première de la startup était de créer "un jeu qui capterait facilement une grosse communauté dans le monde : le paintball représente à lui seul plus de 20 millions de personnes et constitue le 3e sport aux États-Unis, après le BMX et le snowboard". Cette communauté, majoritairement composée de sportifs, d'équipementiers et d'exploitants de terrains de jeu, devait être captée par un moyen efficace et rapide : "le mobile a été le moyen le plus viral pour les interpeller".

Objectif final : la monétisation de la communauté. L'intérêt est que les grandes marques du secteur s'associent à Xfield Paintball pour être en contact avec les amateurs de ce sport, tous fédérés au sein d'une même base de données. Ainsi, les marques telles que GI Sports, Dye et Valken, peuvent se faire connaître ou renforcer leur visibilité, et promouvoir leurs offres.

La réalité virtuelle dans la nouvelle version

Grâce à Fabrice Tron, qui a contribué au développement de l'IoT Valley, Xfield Paintball a pu rencontrer d'autres acteurs du monde du jeu vidéo, et notamment Microsoft, dont elle s'est rapprochée pour préparer la sortie prochaine du jeu sur Xbox. Un challenge d'autant plus grand que la startup souhaite accompagner la troisième version du jeu de l'Oculus Rift. Ce casque de réalité virtuelle permettra aux utilisateurs de jouer en immersion totale, grâce à une image stéréoscopique, qui recrée le champ visuel, et à un capteur de mouvements, qui permet d'adapter en temps réel l'image projetée sur l'écran.

Autre nouveauté : sur les 50 simulateurs de déplacements pour réalité virtuelle créés par la marque Virtuix, Xfield Paintball a réussi à s'en procurer deux.

"Nous voulions aller plus loin dans l'immersion et rendre le jeu encore plus réaliste. À l'avenir, le jeu évoluera encore en fonction de l'avancée de la technologie et du matériel", assure Fabrice Tron.

L'appareil sera présenté mi-septembre lors de la finale du championnat d'Europe du jeu Xfield Paintball, à Paris. Grâce au passage du jeu sur PC et console, la startup pourra désormais toucher deux communautés : non seulement les amateurs de paintball, mais aussi les amateurs de jeu vidéo FPS, estimés à 400 millions dans le monde.

L'international en ligne de mire

Au-delà de la production du jeu, le géant Microsoft leur a également proposé de devenir ambassadeur Microsoft. Tandis que Microsoft épaulera Xfield Paintball dans la mise en place de serveurs (qui permettent la diffusion du jeu) partout dans le monde, la startup se chargera de la communication du géant américain. Un rapprochement avec la société américaine qui tombe à pic pour Xfield Paintball dont le marché cible n'est pas la France, mais les États-Unis. Après avoir obtenu des contrats avec les ligues européenne, américaine, asiatique et sud-africaine de paintball, la startup a pu distribuer son jeu vidéo dans plus de 180 pays. Fabrice Tron et Sébastien Munier comptent faire de Xfield Paintball une référence : "Nous espérons que les prochaines versions du jeu feront un carton."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :