La société de VTC My Sam ouvre son capital aux chauffeurs

 |   |  358  mots
La société de VTC albigeoise My Sam est implantée dans 35 villes françaises et comptabilise plus de 34 000 clients.
La société de VTC albigeoise My Sam est implantée dans 35 villes françaises et comptabilise plus de 34 000 clients. (Crédits : My Sam)
La concurrente albigeoise de Uber, My Sam, a décidé d'ouvrir son capital à ses 5 000 chauffeurs. Alors que la levée de fonds débutée le 21 juin se terminera fin juillet, la société a également signé un contrat avec l'agence de voyages suisse Kuoni. My Sam a pour objectif de se développer en Europe.

Créée en août 2016, la startup albigeoise My Sam propose une alternative au géant américain du VTC Uber. Le 21 juin, la société a annoncé l'ouverture de son capital à ses chauffeurs et leur propose de devenir actionnaire à partir de 100 euros investis. Une idée suggérée aux employés dès le début du projet, ces derniers étant désireux d'être plus impliqués dans les décisions stratégiques de l'entreprise.

"Comme nous prévoyons de faire des levées de fonds avec des valorisations beaucoup plus importantes d'ici l'année prochaine ou dans deux ans pour se déployer en Europe, c'était le moment. Je voulais qu'ils participent maintenant, avec des valorisations assez basses, pour qu'eux aussi puissent gagner de l'argent et faire une plus value par rapport à leur travail. Aujourd'hui, le nerf de la guerre dans cette activité c'est le chauffeur, sans lui nous ne sommes rien et beaucoup de mes concurrents l'oublient", déclare Pierre Rosi, fondateur et président de MySam.

Pour le moment, une vingtaine de conducteurs ont pris une participation.

"Nous avons même un chauffeur qui a investi 4000 euros. En moyenne, c'est 1000 euros d'investissement par chauffeur. Et pourtant, nous avions mis un minimum de 100 euros justement pour que ceux qui n'ont pas trop de moyens puissent participer", argumente-t-il.

Avec l'ouverture du capital aux chauffeurs, MySam a récolté 20 000 euros en 4 jours, une réussite pour son dirigeant. D'ici la fin de la levée de fonds, Pierre Rosi estime pouvoir atteindre entre 50 000 et 100 000 euros.

Partenariat avec Kuoni

Dans la foulée de l'ouverture de la levée de fonds, l'entreprise a signé un contrat pour un service de porte à porte avec l'agence de voyages suisse Kuoni.

"Nous avons démarré depuis mi-juin et pour l'instant, nous faisons des tests sur sept agences parisiennes et une lyonnaise. À partir de septembre, nous devrions travailler avec des plateaux de réservation de vacances", explique Pierre Rosi.

Grâce à ce nouveau partenariat, le président de My Sam a pour objectif de lancer le développement de son entreprise en Europe, notamment en Italie et en Espagne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :