Face à la concurrence, Pôle Emploi Occitanie digitalise la recherche d'emploi

Suivi 100% web, analyse prédictive des offres d'emploi, formations numériques... Pôle Emploi a lancé plusieurs expérimentations en Occitanie pour s'adapter à la digitalisation de la recherche d'emploi. Un enjeu crucial pour rester dans la course face à l'essor de sites internet privés comme Le Bon Coin ou Linkedin.
Pôle emploi expérimente le suivi à distance des 1000 demandeurs d'emploi en Haute-Garonne.
Pôle emploi expérimente le suivi à distance des 1000 demandeurs d'emploi en Haute-Garonne. (Crédits : Rémi Benoit)

Avec 580 000 offres d'emploi recensées, Pôle Emploi reste leader d'annonces d'emploi en France. Mais depuis quelques années, des acteurs privés tels que Le Bon Coin, Indeed ou Meteojob ont investi ce marché. Après 10 ans d'existence, Le Bon Coin se targue ainsi de rassembler plus de 300 000 offres, ce qui en fait le premier site privé en matière de propositions d'opportunités professionnelles. Plus globalement, le numérique est en train de bouleverser les méthodes de recherche d'emploi. Pour s'adapter à ce changement, Pôle Emploi a lancé notamment en Occitanie différents services en ligne : suivi 100% web, analyse prédictive des offres d'emploi ou encore des formations pour réduire la fracture numérique... Revue en détail de ces pistes.

Le suivi 100% web généralisé en 2017

En Haute-Garonne, Pôle Emploi expérimente depuis plusieurs mois un suivi 100% web auprès de 1 000 demandeurs d'emploi.

"Les entretiens de suivi se font à distance par visioconférence. Nous avons proposé ce service en priorité aux cadres, autonomes dans la recherche d'emploi, explique Serge Lemaître, directeur régional de Pôle Emploi.

C'est également une solution en zone rurale pour éviter aux personnes de faire trop de déplacements vers leur agence. Il est possible d'accéder au service depuis les ordinateurs mis à disposition dans les maisons de service au public."

À compter de 2017, tout demandeur d'emploi pourra opter pour cette méthode de suivi.

Des applications pour préparer l'entretien d'embauche

À l'automne 2015, Pôle emploi a lancé l'Emploi store, un site internet qui regroupe 250 applications pour aiguiller les demandeurs d'emploi dans leurs recherches à partir de nouveaux modes d'apprentissage comme les MOOCS ou les serious games.

"Le service le plus utilisé reste celui de l'entretien virtuel. Cet outil de simulation interactif a été mis au point par la startup toulousaine Bizness. Nous allons décliner ce service pour les recruteurs. Certaines PME ne réalisent qu'un à deux recrutements par an, donc elles ne sont pas très préparées à cette phase et cela peut freiner les embauches", avance Serge Lemaître.

Peut-on prédire les entreprises qui vont embaucher ?

pole emploi

Capture d'écran du site La bonne boîte".

Les outils d'analyse prédictive basés sur le big data (qui permettent par exemple à l'aéroport de Toulouse de prévoir les flux de passagers) peuvent-ils également s'appliquer au marché du travail ? Pôle emploi s'y essaie via le site "La bonne boîte", un outil de détection des entreprises qui pourraient embaucher dans les mois à venir mais qui n'ont pas encore publié d'offres d'emploi. Le demandeur d'emploi indique le poste recherché et la ville souhaitée. Le moteur de recherche identifie ensuite en croisant différents algorithmes un panel d'entreprises situées à proximité et qui ont "un potentiel d'embauche".

"Pôle Emploi reçoit beaucoup d'informations de la part des employeurs : fiches de salaires, déclarations préalables à l'embauche, détaille Serge Lemaître. Par exemple, si une entreprise fournit chaque année au mois de mars une déclaration préalable à l'embauche pour un emploi saisonnier, nous allons pouvoir anticiper ce recrutement et inciter le demandeur d'emploi à postuler sans qu'il y ait forcément d'annonces en ligne.

Cette mine d'informations peut servir à toucher le marché caché de l'emploi. Entre 40% et 60% des embauches ne passent par aucune annonce d'emploi, ces recrutements sont réalisés soit en interne, via le bouche-à-oreille ou le réseau professionnel".

À la recherche d'un poste d'assistante de gestion dans l'agglomération toulousaine depuis le mois de mars, Stéphanie Colas a testé le service. Et la demandeuse d'emploi de 39 ans a pu s'en servir dans ses recherches : "L'outil m'a permis de postuler à des entreprises situées à côté de chez moi que je ne connaissais pas, où je n'aurais pas pensé envoyer ma candidature. Parfois, les sociétés identifiées n'ont pas de besoin sur le moment mais les fiches détaillées sur les entreprises permettent d'obtenir le nom du PDG ou celui du responsable RH à contacter pour relancer les sociétés ultérieurement".

Des ambassadeurs du numérique pour former les conseillers et les chômeurs

Stéphanie Colas a également bénéficié du suivi d'une "ambassadrice du numérique". Depuis un an, Pôle Emploi a chargé 1 à 2 conseillers emploi par agence pour cette fonction. C'est le cas notamment de Dorothée Hamelin à Toulouse :"Notre mission est de promouvoir auprès des autres conseillers et des demandeurs d'emploi les services digitaux de Pôle Emploi", explique-t-elle.

L'ambassadrice numérique a notamment aiguillé Stéphanie Colas pour qu'elle adopte "une stratégie marketing de sa propre candidature sur les réseaux sociaux afin de se démarquer des autres candidats"."Je suis très à l'aise avec les outils numériques mais cela faisait 8 ans que j'étais en poste avant mon licenciement économique : je ne connaissais pas les derniers outils modernes pour réaliser facilement son CV en ligne comme Doyoubuzz et Linkedin", raconte la demandeuse d'emploi. Pour les personnes les plus éloignées des usages numériques, la conseillère peut les orienter vers des ateliers ou des formations pour maîtriser les outils informatiques.

Les ambassadeurs du numérique ont également une mission de veille sur les dernières technologies en matière de recherche d'emploi et doivent en faire des retours auprès de leurs collègues de Pôle Emploi : "La charge des conseillers  est déjà très importante donc ils n'ont pas forcément le temps de réaliser ce travail. Et puis dans le numérique, tout va tellement vite que c'est difficile de se maintenir à jour", poursuit Dorothée Hamelin. L'enjeu est crucial pour Pôle Emploi à l'heure où l'ubérisation affecte tous les pans de l'économie. Pour en débattre, à l'occasion de la semaine de l'emploi plusieurs conférences autour du numérique seront organisées le 13 octobre prochain au centre de congrès Pierre Baudis à Toulouse.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.