Indigo choisi comme délégataire des parkings toulousains

 |  | 394 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Rémi Benoit)
Un an après le lancement de la procédure unique de délégation de service public par Toulouse Métropole, Indigo (ex-Vinci Park) décroche le contrat d'exploitation des parkings toulousains. À la clé 150 millions d'euros de redevance pour la métropole qui affectera une partie de cette somme au financement de la troisième ligne de métro.

Vinci Park est devenu Indigo. Nouveau nom et nouvel actionnariat (37,5 % détenu par Ardian, 37,5 % par Crédit Agricole Assurances, 25 % par les salariés). Pour le reste, rien ne change. L'entreprise, qui exploitait déjà les principaux parkings de Toulouse, vient de remporter la concession de renouvellement pour 20 ans des parkings Victor Hugo (670 places), Carmes (565 places) et Marengo (400 places) à partir d'avril 2016. Ce sera également le cas pour l'actuel parking Jean-Jaurès (1216 places) à partir de mai 2018 et pour le parking Saint-Étienne (446 places) à partir d'octobre 2019. Ces cinq parkings représentent 40 % du chiffre d'affaires des parkings de la ville.

400 places dans le futur parking en haut de Jean-Jaurès

La délégation de service public confiée à Indigo comprend aussi la construction d'un parking de 400 places en haut des allées Jean-Jaurès et son exploitation pendant 35 ans.

Sur ce point, la proposition d'Indigo, qui prévoit la construction d'un parking sur deux niveaux au plus près de la gare et du Canal, a remporté l'adhésion des élus car "cette localisation permettra de desservir au mieux la gare. Elle est cohérente avec le projet d'aménagement de Toulouse Euro Sud Ouest porté par Joan Busquets. Sa fréquentation prévisionnelle plus élevée permettra aussi une redevance annuelle plus forte", indique Toulouse Métropole.

Enfin, Indigo s'est vu confier une régie intéressée de 10 ans pour les parkings silots de la zone d'aménagement concertée de la Cartoucherie. Le premier parking (450 places) sera construit cette année. Indigo aura à sa charge la réalisation de travaux concernant la mise en place d'équipements nécessaires ainsi que l'exploitation de ces parkings.

100 millions d'euros pour financer la 3e ligne de métro

Pour Toulouse Métropole, ce nouveau marché devrait rapporter près de 150 millions d'euros répartis à travers une redevance initiale de 16 millions d'euros, des redevances annuelles cumulées de 105 millions d'euros et une redevance en nature pour la construction du nouveau parking à hauteur de 27,5 millions d'euros.

Entre 2026 et 2040, les contrats des parkings Esquirol, Saint-Michel, Saint-Cyprien, Carnot, Europe, Saint-Aubin, Arnaud-Bernard, Capitole et Jeanne d'Arc arrivent aussi à échéance. Au total, la collectivité estime donc qu'elle pourrait percevoir au moins 200 millions d'euros de redevances et prévoit que 100 millions d'euros seront affectés au financement de la troisième ligne de métro, dont le coût est estimé à 1,7 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :