L'association Observer dresse un bilan 2013 mitigé à l'occasion du salon de l'immobilier

 |   |  467  mots
Promoteurs immobiliers, bailleurs sociaux et aménageurs lotisseurs ont profité du salon de l'immobilier ce week-end pour dresser un bilan mitigé de leur activité en 2013. Revue de détails.

L'année 2013 n'affiche pas les mêmes bilans dans tous les secteurs de la construction... Pour le SNAL (Syndicat National des Aménageurs Constructeurs), 2013 n'aura pas été un mauvais cru. Les ventes de terrains à bâtir ont progressé de 31 % avec 1.331 lots vendus dans l'aire urbaine Toulousaine contre 992 en 2012.
"Pour nous c'est évidemment plutôt un bon indicateur" indique Michel Lamour, le président du SNAL dans la région, d'autant que la surface moyenne des parcelles n'a pas changée : elle est de 645 m2.

Un bémol quand même dans ce segment : la légère baisse (-2%) des montants moyens de ventes qui passe de 97.000 à 94.000 euros. Une baisse qui s'explique par des achats de plus en plus éloignés, "l'année dernière 75 % des ventes se sont conclues entre les 3e,4e et 5e couronnes et actuellement 80 % des stocks à vendre se situe aussi dans ce périmètre", décrit Michel Lamour.

Forte augmentation des ventes en bloc

Côté Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI), Patrick Saint-Agne le président régional, se dit satisfait des résultats 2013, mais pointe des indicateurs inquiétants. D'un côté des ventes nettes qui progressent de 9,5 % avec 3.972 ventes enregistrées en particulier grâce à une hausse des ventes à investisseurs (+9%) et à occupants (+10,5%). "A côté de cela les ventes en blocs ont fortement augmenté de 58% représentant 1.273 ventes et 91% d'entre elles se sont conclues au profit des bailleurs sociaux. Par ailleurs, les retraits d'opérations sont aussi en hausse de 8,7 % ce qui représente 722 logements. Cela fait partie des mauvaises nouvelles", résume-t-il. Des signes qui traduisent évidemment les difficultés des promoteurs à écouler leurs programmes.

Par ailleurs, l'offre commerciale progresse de 19% dans l'aire urbaine avec même un stock dur de 477 logements soit une hausse de 31%. Les prix en revanche restent stables à 3.286 euros le m2. Depuis le début de l'année, les promoteurs évoquent par ailleurs "une situation très compliquée" et tablent sur une année 2014 qui ne sera pas meilleure.

3.272 logements sociaux livrés en 2013

Enfin, "la production de logements sociaux est restée dynamique dans le département avec 3.272 logements livrés en 2013 en Haute-Garonne, dont 2.866 logements locatifs sociaux et à ce jour le cap des 70.000 logements sociaux est franchie dans le département", a indiqué Maryse Prat, la présidente du groupement départemental de Haute-Garonne, soulignant une production en hausse continue depuis 2000.

Le niveau de la demande reste stable entre 2012 et 2013 dans le département proche des 30.000, mais le profil des demandeurs a changé. Aujourd'hui près de 80% de la demande concerne le secteur de Toulouse Métropole et l'on note une paupérisation des demandeurs dont 63% sont des actifs et 60% sont sur un seuil de revenus inférieur à 60% du plafond des ressources.

Béatrice Girard

crédit photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :