Thales Alenia Space tire le bilan de Thales vers le haut

Maigre moisson de contrats de plus de 100M€ sur les neuf premiers mois 2014. Le groupe électronique qui doit annoncer ce jeudi les résultats du troisième trimestre, n'a pu engranger que sept grandes commandes.
Thales n'a engrangé que sept contrats de plus de 100 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de 2014.
Thales n'a engrangé que sept contrats de plus de 100 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de 2014.

Thales les surveille comme le lait sur le feu. De quoi parle-t-on ? Des contrats de plus de 100M€, symboles du renouveau commercial de Thales depuis l'arrivée il y a près de deux ans de Jean-Bernard Lévy à la tête du groupe électronique mais aujourd'hui en partance pour EDF. Et à fin septembre, Thales fait quelque peu grise mine. Car le bilan est modeste. Pour autant, les contrats de moins de 100M€ rentrent très bien. "On fera nos objectifs 2014 au global", explique-t-on au sein du groupe.

Sur les neuf premiers mois, Thales n'a réussi qu'à engranger sept contrats de cette valeur. Soit seulement deux de plus par rapport à fin juin et très loin (trop loin ?) des 19 grandes commandes enregistrées en 2013 (contre 10 en 2012). Ce qui a fait dire à plusieurs reprises en interne à Jean-Bernard Lévy, un brin agacé, que "la croissance se faisait attendre". Un constat déjà observé à la fin du premier semestre. A fin juin, les nouvelles commandes entrées en carnet au cours du premier semestre 2014 ont atteint 5,2Md€, en retrait de 0,8 % par rapport au premier semestre 2013 (- 1 % à périmètre et taux de change constants).

Thales Alenia Space sauve Thales
Sur les sept grandes commandes d'un montant unitaire supérieur à 100M€ engrangées au cours des neuf premiers mois, six l'ont été dans les activités espace. Trois contrats de satellites civils de télécoms ont été gagnés par Thales Alenia Space (TAS) : un satellite pour Inmarsat/Arabsat, deux pour l'opérateur sud-coréen KT Sat, et, enfin, un pour le plus important fournisseur de services et de réseaux de communication indonésien PT. Telekomunikasi Indonesia TbK (Telkom).

En outre, TAS a gagné un contrat pluriannuel pour le système européen de navigation Egnos, auquel s'ajoute le contrat d'équipements de satellite radar d'observation pour un client européen enregistré au cours du premier trimestre. Enfin, Thales a signé dans le cadre du contrat préliminaire de 643M€ obtenu en 2008 avec l'Agence spatiale européenne (ESA), deux nouvelles commandes correspondant au versement de deux tranches additionnelles : l'une, d'un montant de 146M€, va permettre de compléter la mission de 2016 et la seconde, d'un montant de 70M€ couvrira une partie significative de la mission suivante, en 2018.

De gros espoirs pour le dernier trimestre

Par ailleurs, Thales a gagné au premier semestre un contrat de sécurité urbaine pour la ville de Mexico afin de doubler la capacité des systèmes mis en œuvre dans le cadre du premier contrat remporté en 2009. Dimanche, Thales a signé un contrat près de 200M€ portant sur la fourniture d'un système de communications militaires pour le Qatar.

Le groupe attend d'ici à la fin de l'année la mise en vigueur du contrat Falcon Eye aux Emirats Arabes Unis (EAU) portant sur la livraison de deux satellites d'observation. Il a également toutes les chances de conclure un beau contrat d'environ 200 millions d'euros avec La Paz pour équiper la Bolivie d'un système de contrôle et de surveillance aérien civil et militaire (ATM). Enfin, le groupe attend d'ici à la fin de l'année plusieurs commandes de la part de la direction générale de l'armement, dont celui sur le système de commandement et de contrôle des opérations aériennes (SCCOA 4) et Scorpion.

Reste les très grands contrats, qui pourraient encore sauver la croissance du groupe. Mais de tels contrats restent aléatoires en termes de calendrier (Rafale au Qatar et Air Defence dans plusieurs pays comme la Turquie ou encore la Pologne) et, surtout, pour les obtenir tout simplement à l'image de Mark 3 dans la défense aérienne en Arabie Saoudite, un contrat qui fuit mois après mois et année après année Thales.

Michel Cabirol
- La Tribune
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.