Fusion des régions : le préfet préfigurateur remet sa copie au gouvernement

 |   |  259  mots
Pascal Mailhos, préfet préfigurateur, préfet de la région Midi-Pyrénées
Pascal Mailhos, préfet "préfigurateur", préfet de la région Midi-Pyrénées
Ce mardi 30 juin, Pascal Mailhos, préfet "préfigurateur" de la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, remet au gouvernement sa proposition d'organisation des services de l'État dans la future région. Des arbitrages seront rendus d'ici à la fin du mois de juillet. Calendrier.

Alors que la fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées fait beaucoup parler d'elle sur le plan politique (avec la campagne des régionales 2015), l'aspect administratif et technique se met en place dans l'ombre.

Après deux mois et demi de travail, le préfet préfigurateur de Midi-Pyrénées Pascal Mailhos (nommé le 22 avril dernier) rend ce mardi 30 juin au gouvernement le projet de schéma fonctionnel régional. Un document qui est le fruit du travail de "l'équipe de préfiguration", composée des deux préfets de région, des directeurs des directions régionales (DRFIP, Direccte, Draaf, Dreal, DRJSC, Drac et Insee), des rectrices et des directrices générales des agences régionales de santé des deux régions.

Ce schéma propose une organisation des services de l'État dans la future grande région, notamment l'implantation de la future capitale régionale et des directions des différents services.

Des arbitrages fin juillet

Le gouvernement procédera à l'analyse des propositions pendant la première quinzaine de juillet, puis aux arbitrages, pendant la seconde quinzaine. C'est donc probablement à la fin du mois, quand ces arbitrages seront rendus, que Pascal Mailhos pourra communiquer sur le projet retenu.

Le travail se poursuivra à l'issue de l'été. L'automne 2015 sera consacré à la préparation des conditions juridiques et administratives des nouvelles directions.

La création juridique de la nouvelle organisation de l'État sera effective la première semaine de janvier 2016, mais sera mise en place progressivement pendant 3 ans, afin d'être totalement stabilisée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :