La Caisse des dépôts va financer des expérimentations smart city à Toulouse

 |   |  521  mots
Thierry Ravot, directeur Occitanie de la Caisse des dépôts
Thierry Ravot, directeur Occitanie de la Caisse des dépôts (Crédits : Caisse des dépôts)
La Caisse des dépôts, institution financière publique, soutient le déploiement de certains projets prioritaires du territoire toulousain, dont la smart city. Trois questions à Thierry Ravot, directeur Occitanie de l'établissement.

En novembre 2016, la Caisse des dépôts a signé un protocole avec Toulouse Métropole pour soutenir les projets phare du territoire, notamment en matière de smart city. Quelles actions concrètes soutenez-vous à Toulouse ?

Dans le cadre de cette convention, la Caisse des dépôts soutient plusieurs grandes métropoles dont Toulouse et coconstruit avec chacune d'entre elles des projets en lien avec la smart city. Je préfère cependant parler de "villes audacieuses" qui managent plusieurs sujets en même temps pour faire des territoires innovants. À ce jour, à Toulouse, nous avons fléché, en accord avec la métropole, sept grands thèmes qui sont : la gestion des risques environnement et inondation ; l'habitation et les smart logements ; l'évaluation fine des facteurs de la consommation d'énergie ; les réseaux publics des objets connectés ; une plateforme de gestion pour les données de la ville (l'open data) ; les transports autonomes ; et l'énergie.

Comment ces thèmes se traduisent-ils en expérimentation smart city ?

Rien n'est encore figé et les choses se décident en collaboration avec la collectivité. Il se peut que ces sept thèmes se transforment en sept projets ou que certains thèmes soient testés sur plusieurs sites. Nous avons déjà identifié certains quartiers mais pas encore tous et, quoi qu'il en soit, il n'est pas question d'estampiller un seul quartier "smart city". Ainsi, par exemple, le thème "habitation et smart logements" sera déployé à Saouzelong dans le cadre d'un projet de 40 logements sociaux très innovants avec l'opérateur SNI dont nous sommes par ailleurs actionnaires. Nous réfléchissons à des matériaux et à des services innovants en matière d'accompagnement des locataires. En matière de mobilité et de transport autonome, nous menons une réflexion avec Transdev, une autre de nos filiales. Plusieurs territoires dans la ville pourraient s'adapter à ce déploiement mais l'endroit n'est pas encore tranché. Concernant le sujet de l'énergie, nous réfléchissons à mener une expérimentation sur un important quartier, plutôt que plusieurs tests disséminés... Mais, là encore, rien n'est tranché, les différents territoires d'expérimentation seront arrêtés avant la fin de l'année.

Quel est le montant de financement sur lequel la Caisse des dépôts s'est engagée ?

Dans le cadre de cette convention nous soutiendrons le développement des projets toulousains à hauteur de 300 000 euros entre 2016 et 2019, dont une partie sera dédiée plus spécifiquement aux projets smart city. Dans ce projet, la Caisse des dépôts a choisi de mobiliser ses fonds propres sous forme d'ingénierie. Cependant, la smart city n'est pas un chèque en blanc ! Notre soutien sera apporté chemin faisant, au cas par cas, au gré des projets. Enfin, la smart city est un dispositif dans lequel on coconstruit les choses et le sujet pour les prochains mois, c'est d'aller chercher des partenaires autres que la Caisse des dépôts ou ses filiales. Le choix des partenaires (startups, laboratoires de recherches, industriels...) sera opéré par appels d'offre avec la collectivité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :