Parc des expos : Toulouse Métropole devient propriétaire des 23 hectares qui entourent le site

 |   |  409  mots
Vue d'ensemble du futur Parc des expos
Vue d'ensemble du futur Parc des expos (Crédits : Europolia)
Depuis quelques jours, Toulouse Métropole est propriétaire de la totalité des parcelles qui entourent le futur Parc des expositions (Pex). Une précieuse réserve foncière qui doit rapporter 15 millions d'euros, indispensables à la collectivité.

Alors que les premiers appels d'offres pour la construction du futur Parc des expositions sont en cours (ils ont été lancés le 29 février dernier), Europolia, la société publique locale d'aménagement chargée du projet du Pex, prépare déjà l'étape suivante.

"Nous terminons en ce moment les plans d'aménagement des 23 hectares de fonciers qui entourent le Parc des expositions car nous sommes depuis peu propriétaires de la totalité de ces parcelles", confie Alain Garès, directeur de la SPLA.

Des terrains qui ont été achetés à des prix moyens de 10 euros / m2.

Ce plan de valorisation foncière en cours d'élaboration est particulièrement stratégique pour Toulouse Métropole qui espère en tirer 15 millions d'euros de recettes d'ici à 2020. Ces ressources avaient en effet été présentées comme indispensables par Jean-Luc Moudenc en fin d'année dernière pour boucler le tour de table du financement du Pex.

À la recherche de partenaires privés

Pour valoriser ces parcelles, l'idée de confier la totalité de l'aménagement à un seul partenaire privé, un temps envisagée, a été abandonnée.

"Nous envisageons plutôt de vendre des macro-lots de l'ordre de 4 hectares environ, et nous chercherons donc plusieurs partenaires privés", décrit Alain Garès.

Depuis plusieurs mois, une négociation en cours est évoquée avec la compagnie nationale Qatar Airways, qui souhaite acquérir au moins un hectare pour construire un hôtel, mais rien n'est confirmé à ce jour.

Sur la totalité de ces 23 hectares, quelque 6 hectares situés au sud seront conservés en l'état, destinés dans un second temps à une extension du Parc des expositions.

À l'est des bâtiments du Pex, une partie des terrains sera destinée à accueillir des services, hôtels et bureaux.

À l'ouest, un autre espace aura vocation à devenir une zone d'activité logistique et tertiaire.

"Il s'agira de locaux d'activités dont certains seront en lien avec le Pex mais pas uniquement. Certains locaux pourraient aussi être liés à Airbus et nous avons déjà enregistré des demandes de promoteurs à ce jour", assure le directeur d'Europolia.

La collectivité promet de rendre public dès l'automne un plan guide plus précis qui définira exactement la nature et les surfaces de construction programmées. Les premières constructions de cette zone devraient quant à elles se lancer à horizon fin 2017, début 2018, en même temps que le Parc des expositions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :