Trophées de l’aéronautique : Nicolas Pobeau (Recaero) , élu manager de l’année 2017

 |   |  1569  mots
Les lauréats des Trophées de l'aéronautique 2017.
Les lauréats des Trophées de l'aéronautique 2017. (Crédits : Remi Benoit)
A l’occasion des 5e Trophées de l’aéronautique, organisés par La Tribune Toulouse, le président de l’entreprise ariégeoise Recaero, Nicolas Pobeau, a été désigné manager de l’année 2017 lors d’une soirée à l’Ecole nationale d’aviation civile (Enac). A ses côtés, six entreprises représentant la supply chain aéronautique française, toutes régions confondues, ont été mises à l’honneur. Palmarès détaillé.

Le rendez-vous a pour objectif de mettre en avant le travail et les succès des avionneurs, mais surtout de leurs partenaires, fournisseurs et sous-traitants : les Trophées de l'aéronautique ont réunis environ 300 personnes ce jeudi à Toulouse. Six entreprises et un manager ont été récompensées. Voici les lauréats.

Adaptation au marché et structuration de la supply chain : Rossi Aero

Siège social : Grenade (Haute-Garonne)

Activité : Assemblage, traitements de surface et « additive manufacturing »

Rossi Aero, reprise en 2007 par Mathieu Rossi et son épouse Céline, est un spécialiste du « speed shop » pour l'aéronautique. Il  fabrique des pièces de rechange et de présérie et s'est peu à peu diversifié dans la fabrication de petites et moyennes séries, notamment d'outillages et d'équipements spécifiques pour les essais en vol. "Pour challenger les pays low cost sur des pièces de séries, nous devons jouer à fond la carte de l'automatisation", indique Mathieu Rossi, président du directoire. C'est pourquoi l'entreprise familiale de 250 salariés vient d'investir dans d'importants moyens d'usinage afin de développer les fabrications de moyennes séries en réorganisant ses deux sites de production actuels et en lançant la construction d'un troisième site, tous situés à proximité de Toulouse et des grands donneurs d'ordres du secteur. La construction d'un site de 7000 m² entièrement automatisé sur Eurocentre a nécessité un investissement total de 20M€  (2016-2018). La levée de fonds de mai 2017 (6M€) a notamment assuré une partie des financements des nouveaux outils industriels, avec l'extension de bâtiments existants et la construction de la nouvelle usine d'Eurocentre. « Nous souhaitons transformer notre PME familiale en ETI capable de rivaliser avec ses concurrents au niveau mondial », précise Mathieu Rossi. 30 % du CA (33 M€ en 2016) est réalisé à l'international.

Autres nominés : JV Group (Gironde) et Tecalemit Aerospace (Rhône)

Industrie du futur et performance industrielle :  Stelia Aerospace, usine de Méaulte

Siège social : Rochefort (Charente-Maritime)

Activité : Aérostructures (conception et production de sections de fuselages totalement équipées, voilures...) et sièges aéronautiques

Le site de Stélia Méaulte est spécialisé dans l'assemblage de parties avant de fuselage (programmes Airbus) et fabrication de pièces composites de grande dimension.  D'une superficie totale de 49 hectares, dont 115 000 m² de superficie de production, il emploie 1600 personnes et il a livré 740 fuselages avant d'avion en 2016. Stelia Aerospace a inauguré le 2 mars 2017 sa nouvelle Usine aéronautique du futur. Elle est équipée de nouveaux moyens à la pointe de la technologie : plus de 35 robots et machines de rivetage automatique ainsi que 3 lignes mobiles de production. L'usine est désormais organisée par programmes de production, regroupés dans des bâtiments dédiés, où toutes les équipes contributrices sont co-localisées. L'ensemble du dispositif industriel se voit également doté de nouveaux outils digitaux d'aide à la production, basés entre autres sur la réalité augmentée et les maquettes numériques. Cette digitalisation permet d'améliorer les conditions de travail des compagnons, mais aussi d'accroître la capacité d'analyse en phase de production. « Après quatre mois de fonctionnement, nous avons gagné 15% de productivité. Cela nous permet de répondre à la montée en charge de ce programme en produisant 15 sections par semaine », se réjouit Stéphane Campion, directeur industriel de Stelia Aerospace. Ces nouveaux processus et ces nouvelles technologies seront déployés d'ici à 2018 sur les autres sites de production (Rochefort, Bordeaux, Saint-Nazaire et filiales).

Autres nominés : Spring Technologies (Seine-Saint-Denis) ; Sud Aero (Haute-Garonne)

International : Paris Saint-Denis Aero

Siège social : Le Plessis-Belleville (Oise)

Activité : Stockage, débit et négoce de produits métallurgiques et d'alliages spéciaux finis et semi-finis

Paris Saint-Denis Aéro est une entreprise spécialisée dans le stockage et la vente de produits métalliques et d'alliages spéciaux pour l'aéronautique, «  100 % française et 100 % familiale », comme aime à le rappeler sa directrice générale, Pauline Lambert. PSD Aero est fournisseur de rang 1 des principaux acteurs du secteur aéronautique, c'est en ce sens qu'elle est qualifiée par les plus grands donneurs d'ordre : Airbus, Safran, etc. L'entreprise est présente à l'international en Inde, Chine, Mexique, Espagne et possède aussi depuis 2015 un bureau régional à Kuala Lumpur (Malaisie). PSD Aero a ouvert récemment des dépôts au Portugal et à Bengalore (Inde) ; elle dispose aussi d'un dépôt en Chine (Shangaï). Plus de 12 % de son chiffre d'affaires (soit 5M€) est réalisé hors d'Europe.

Autres nominés : ACB, groupe Aries Alliance (Loire-Atlantique) ; Sabena Technics (Gironde)

Innovation et transfert de technologies : Exagan

Siège social : Grenoble (Isère)

Activité : Semi-conducteurs en nitrure de gallium (GaN) pour transformateurs électriques

Exagan est une startup innovante dans la technologie des semi-conducteurs en nitrure de gallium (GaN) permettant d'obtenir des convertisseurs électriques plus petits et plus efficaces. Elle a été créée par Frédéric Dupont et Fabrice Letertre en 2014 à Grenoble via un essaimage du CEA Tech et de Soitec (un des leaders mondiaux des matériaux semi-conducteurs innovants). Exagan a déployé à partir de 2016 son centre d'excellence (tests, R&D et applications produits) à Toulouse. Celui-ci compte aujourd'hui 7 collaborateurs et va passer à un effectif de 15 personnes en 2018. La technologie utilisée par Exagan doit permettre de doper la puissance et la rapidité des transformateurs électriques , à commencer par ceux utilisés tous les jours pour charger nos smartphones ou ordinateurs. A terme, les applications s'adressent à l'électronique embarquée en automobile et dans l'aéronautique.  « Notre ambition est de devenir le numéro un des composants de transistors de puissance en Europe puis au niveau mondial », ambitionne Frédéric Dupont, CEO d'Exagan. La startup a levé 5,5 M€ en 2015 pour faire la preuve de son concept et effectuer son lancement commercial.

Autres nominés : Projet Probio 3/CNRS-INSA-INRA (Haute-Garonne) ; Plateforme Stimpact/Institut Clément-Ader-Airbus-IRT Saint-Exupéry (Haute-Garonne)

Start up : TellMePlus

Siège social : Castenau-le-Lez (Hérault)

Activité : Edition de logiciels prédictifs à partir d'intelligence artificielle

TellMePlus crée des logiciels prédictifs capables de prévoir les futures défaillances de machines industrielles.  « Notre solution a pour objectif de placer des outils d'intelligence artificielle à l'intérieur même des machines industrielles ou des objets connectés », précise Jean-Michel Cambot, fondateur de TellMePlus.

Predictive Objets, la technologie brevetée par la société, met à profit le Machine Learning et le Big Data pour automatiser la création de modèles prédictifs, renforçant ainsi les compétences des experts humains pour des prévisions plus rapides et plus précises. Embarqué dans des machines industrielles, le logiciel permet d'anticiper les pannes en décelant les signaux faibles des capteurs intégrés et de prescrire des solutions.

En mai 2017, TellMePlus a rejoint le programme d'accélération de startups de Cisco (le programme d'IA de la start up sera embarqué dans les routeurs de Cisco afin de proposer des services d'analyse prédictive). Simultanément, elle devient partenaire de Google afin d'intégrer une partie de Predictive Objects dans les plates-formes de gestion des objets connectés (éoliennes, avions, voitures connectées).

TellMePlus envisage une nouvelle levée de fonds d'ici à la fin de l'année. Objectif : réunir 30 à 50 M€ afin d'accélérer très fortement le développement à l'international.

Autres nominés : Sentryo (Rhône) ; Win MS (Essonne)

Manager de l'année : Nicolas Pobeau, président de Recaero

Siège social : Verniolle (Ariège)

Activité : Pièces de rechange et « rapid manufacturing » pour l'aéronautique

Nicolas Pobeau, 42 ans, a repris l'entreprise familiale avec son épouse Christelle en 2014 après plusieurs années passées dans l'entreprise familiale comme directeur commercial puis DG. Il développe l'activité à l'international avec un projet d'implantation aux Etats-Unis. Il entend se diversifier sur la maintenance en 2018 et mise sur l'impression 3D pour gagner en réactivité et en coût que ce soit pour la reconception, la fabrication de pièces ou l'adaptation de ses machines de production.

Autre nomninés : Marc Eliayan, président de ADF (Bouches-du-Rhône) ;  Agnès Timbre, DG de Celso (Tarn-et-Garonne)

Prix spécial du jury : Tecalemit Aerospace

Siège social : Chaponost (Rhône)

Activité : Conception & fabrication de tuyauterie aéronautique rigide et souple

Tecalemit Aerospace était nominé dans la catégorie Adaptation au marché et structuration de la supply chain. En 2000, Thierry Colcombet, reprend à titre personnel cette entreprise de fabrication de tuyauterie qui réalise alors un CA de 6 M€. A partir de 2003, il recentre l'activité exclusivement à destination du secteur aéronautique. En 2011, les activités par le rachat de Carbone Forgé (matériaux composites) et  Spiraltex Industrie (dernier fabricant français de machines à tresser les câbles, inventeur du tressage 3D). Récemment, les sites de productions hexagonaux de Tecalemit Aerospace à Lyon et à Blois ont été modernisés (stockage intégralement robotisé) et agrandis.  A l'international, un site d'usinage a été ouvert en Tunisie et un autre à Casablanca (Maroc) pour l'usinage d'extrémité de tuyauterie, les canalisations et l'impression 3D afin de répondre aux besoins de Safran. Le site marocain devrait compter 40 salariés en 2019. Mais, au-delà de tout ces efforts d'adaptation, le jury des Trophées de l'aéronautique a souhaité primer la démarche de Thierry Colcombet (65 ans) en ce qui concerne la transmission de l'entreprise, qui a associé très tôt son fils Franck (33 ans) avec une vraie complémentarité de profils entre père et fils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :