« Toulouse, une étape-clé pour Exagan »

 |   |  469  mots
A droite, Frédéric Dupont, co-fondateur  et CEO d'Exagan.
A droite, Frédéric Dupont, co-fondateur et CEO d'Exagan. (Crédits : Exagan / Pierre Jayet)
En 2018, la startup grenobloise va doubler ses effectifs à Toulouse pour en faire son centre d’excellence (expertise applications produits et tests). Pour son cofondateur, Frédéric Dupont, la Ville Rose jouera un rôle déterminant dans le succès d'Exagan. Son entreprises, qu’il voit en futur champion européen, puis mondial de l’électronique de puissance, est nominée aux Trophées de l’aéronautique, organisés par La Tribune, qui se tiendront jeudi 19 octobre à l'Enac de Toulouse.

Exagan développe son activité à Toulouse. La startup grenobloise spécialisée dans la technologie de semi-conducteurs en nitrure de gallium (GaN) va renforcer son équipe toulousaine pour créer un centre d'expertise sur les applications de ses produits (les tests et le contrôle qualité sont déjà réalisés dans la Ville rose).

Doublement de l'effectif

"Notre déploiement à Toulouse est une étape-clé de notre développement", indique Frédéric Dupont, cofondateur et CEO de l'entreprise. "Toulouse constitue notre centre d'excellence. La forme de ce centre sera garante du succès commercial d'Exagan au niveau mondial."

"Notre ambition est de devenir le numéro un des composants de transistors de puissance en Europe puis au niveau mondial", poursuit le fondateur de la jeune entreprise innovante.

En 2018, Exagan va suivre le déménagement du CEA Tech à Labège. La startup prévoit alors de doubler l'effectif de son équipe toulousaine (actuellement de 7 personnes pour un total de 25 salariés).

Exagan s'est implantée à Toulouse en 2016 pour deux raisons, rappelle son cofondateur : "compétences et écosystème". La startup a ciblé les bords de la Garonne pour le vivier de compétences technologiques ainsi que pour l'écosystème de clientèle (aéronautique et transport notamment) ou de partenaires académiques comme le Laas.

Lire aussi : Exagan veut relancer la filière électronique de puissance à Toulouse

Créée en 2014 par essaimage du CEA Tech et de Soitec (un des leaders mondiaux des matériaux semi-conducteurs innovants), Exagan a mis au point le G-Stack, un procédé unique de fabrication de semi-conducteurs en nitrure de gallium (GaN) qui permet de concevoir des transistors de puissance dix fois plus rapides, de réduire leur taille jusqu'à dix fois et de limiter les pertes énergétiques de 50 %, selon Frédéric Dupont.

Un outil de production "prêt"

Exagan n'a pas vocation à produire les composants électroniques. Pour cela, la startup a signé en 2016 un accord avec X-FAB pour la production  (via transfert de technologies). La fiabilité des puces produites sera quant à elle contrôlée par Hirex Engineering, la filiale toulousaine du groupe allemand Tüv Nord.

Lire aussi : Électronique : Exagan lève 5,7 millions d'euros et s'implante à Toulouse

"Notre outil de production est prêt", se réjouit Frédéric Dupont, "notre technologie est implantée chez nos partenaires X Fab et Hirex  Engineering". Et de poursuivre : "nous démarrons la phase finale de développement du produit et avançons à grands pas vers le lancement commercial de nos produits."

En juillet 2015, Exagan avait levé 5,7 millions d'euros, auprès notamment d'Irdinov, du CM-CIC et d'Innovacum qui avaient chacun contribué à hauteur de 1,4 million d'euros. Cette entreprise est nominées aux Trophées de l'aéronautique 2017, organisés par La Tribune, qui se tiendront jeudi 19 octobre à l'Enac de Toulouse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :