La start-up de Toulouse Naelbox utilise l'internet des objets pour la gestion énergétique des bâtiments

 |   |  279  mots
La start-up toulousaine Naelbox a mis au point un système de comptage énergétique qui permet une gestion sur-mesure des bâtiments et génère d'importantes économies. Elle a remporté le prix RSE et Développement durable lors des Trophées de l'économie numérique le 27 mai dernier.


L'entreprise Naelbox n'existe officiellement que depuis quelques semaines, mais les cinq associés ont planché pendant deux ans pour mettre au point leur outil de comptage énergétique. Ils sont aujourd'hui fins prêts pour démarcher grandes entreprises, collectivités locales et bailleurs sociaux ! Objectif ? Leur proposer une solution clé en main de gestion énergétique des bâtiments qui s'appuie sur le réseau Sigfox (internet machine-to-machine). Elle permet de mesurer la consommation énergétique (électricité, gaz, fioul, eau) et d'adapter les usages pour faire des économies. "Le premier levier pour faire des économies consiste à observer le bâtiment en situation d'inoccupation, car ces périodes représentent en moyenne 1/3 de la facture énergétique. Le second consiste à impliquer les occupants en leur donnant accès en temps réel à leur consommation sur tablette, PC, ou smartphone", décrit Grégoire Aschenbroich, l'un des fondateurs de Naelbox.

Grâce à la technologie Sigfox, Naelbox a aujourd'hui une longueur d'avance sur ce marché en plein devenir. "On estime qu'avec notre système, la facture peut baisser de 30 % en moyenne", évalue Grégoire Aschenbroich. La box fournit en effet un histogramme de la consommation brute et permet de mesurer les consommations par usage (chauffage, éclairage, équipements électriques...). Si Naelbox n'affiche pas encore de contrats officiels, elle a déjà engagé les premières discussions auprès de grands comptes, bailleurs sociaux, et collectivités qui doivent faire face à d'importantes dépenses énergétiques... Naelbox vise un chiffre d'affaires d'1 million d'euros par an.

Le 27 mai dernier, elle a remporté le prix RSE et Développement durable lors des Trophées de l'économie numérique.

Béatrice Girard
© photo DR

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2017 à 21:44 :
Bonjour

Actuellement élève ingénieur en 5ème année Génie Mécatronique à l’Université Libre de Tunis (ULT), et afin de valider et consolider cette formation, je suis à la recherche d'un stage en milieu professionnel et je souhaite porter mon dossier à votre étude.

Convaincue d’acquérir les compétences requises pour faire carrière en tant qu'ingénieur en Génie Mécatronique, je serai honorée de pouvoir intégrer votre établissement.
Rigoureuse et polyvalente, je serai ravie de pouvoir apporter mes compétences acquises au cours de mon cursus ainsi que mon profond enthousiasme à travailler à vos côtés et de répondre à vos attentes.

Au cours de ma formation et de mes différents stages j’ai pu mettre développer mes connaissances aussi bien théoriques que techniques dans les domaines de robotique, mécanique, automatisme et informatique.

Fortement attirée par le domaine mécatronique , ma formation et mon parcours universitaire témoignent de mes qualités d’adaptation et de mon esprit d’analyse qui me permettent d’être polyvalente et rapidement opérationnelle.

Je me tiens dès aujourd'hui à votre entière disposition pour toute information complémentaire.

Je vous remercie très sincèrement a l'avance de votre temps et votre attention et vous prie d'agréer, l'expression de mes sentiments les plus respectueux et les plus courtois.

Elhem Arfaoui

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :