Déploiement de la fibre en Haute-Garonne : une croissance haut-débit pour l'entreprise MCGR

Le déploiement en Haute-Garonne de la fibre profite à l'entreprise MCGR, qui affiche une croissance record depuis sa création en 2016. Sur ce département, le plan de raccordement de plus de 200.000 foyers doit s'achever en 2022. À l'image de cette PME toulousaine, ce chantier génère plus d'un millier d'emplois sur le territoire.

6 mn

MCGR affiche des résultats en forte croissance grâce à ses activités liées au déploiement de la fibre en Haute-Garonne.
MCGR affiche des résultats en forte croissance grâce à ses activités liées au déploiement de la fibre en Haute-Garonne. (Crédits : Rémi Benoit)

"Quand j'étais responsable de bureau d'études dans la fibre, on me refusait les recrutements tout en me demandant d'accélérer, donc je cherchais des sous-traitants et je n'en trouvais pas. C'est un peu ce qui a motivé la création de l'entreprise", explique Guillaume Laurent, fondateur du groupe MCGR.

L'entreprise toulousaine MCGR est spécialiste des réseaux de télécommunications (bureau d'études, relation client, travaux d'installations) depuis 2016. Son président, Guillaume Laurent, l'a créée en vue du déploiement de la fibre dans le département de Haute-Garonne après avoir fait carrière pendant près de dix ans chez son actuel concurrent Scopelec.

Une croissance de +42% en un an grâce à la fibre

fibre_optique_2

La fibre optique est au coeur des activités du groupe MCGR. (Crédits : Rémi Benoit)

Cinq ans après sa création, MCGR fait partie des huit sociétés sélectionnées par Fibre31 (Syndicat mixte ouvert en charge du développement de la fibre dans le département) pour sous-traiter le déploiement de la fibre sur le territoire haut-garonnais. Un "chantier colossal" qui a participé à la dynamique de croissance de l'entreprise, puisque son chiffre d'affaires a progressé de +42% en un an, pour atteindre les 5 millions d'euros en 2020. La PME toulousaine peut d'ailleurs se targuer d'avoir déjà ouvert des bureaux à Nîmes, Bordeaux et Rivesaltes.

"Ce chantier nous a permis d'atteindre la croissance et la taille que nous espérions au lancement de l'entreprise. C'était notre volonté, dès le départ, d'avoir une stratégie de croissance rapide pour pouvoir exister dans ce milieu des télécoms qui est assez difficile puisqu'il y a beaucoup d'acteurs", fait remarquer Guillaume Laurent.

Une stratégie de croissance exponentielle réussie donc, mais qui n'est pas sans conséquence. Pour preuve, le président du conseil départemental de la Haute-Garonne, Georges Méric, ne savait pas vraiment où se placer lors de sa visite dans l'entreprise, mardi 11 mai 2021 en début d'après-midi. Et pour cause, les locaux toulousains de l'entreprise commencent à se faire trop petits pour accueillir les équipes au complet...

"Le côté startup qui démarre vite avec une croissance exponentielle, c'est bien, mais c'est aussi complexe parce qu'on fait face à une crise de croissance. Les locaux et les outils ne sont pas toujours adaptés, on passe beaucoup de temps à former... Mais j'aspire évidemment à continuer cette croissance, notamment en diversifiant nos activités", explique le dirigeant.

L'entreprise vise notamment le marché des bornes électriques pour pérenniser les 130 emplois qu'elle a créés (dont une trentaine de contrats professionnels et alternants). L'enjeu est majeur pour le président de l'entreprise puisque MCGR est effectivement membre fondateur du premier Geiq (groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification) du numérique en Occitanie, baptisé NOOC. Une structure associative qui favorise la réinsertion vers l'emploi.

C'est donc sans surprise que l'entreprise de Guillaume Laurent accueille en son sein des profils divers et variés depuis deux ans, pour un total de près de 30.000 heures d'insertion comptabilisées. Cette donnée participe d'ailleurs à atteindre l'objectif fixé par le conseil départemental de la Haute-Garonne. La collectivité souhaite, dans le cadre du déploiement de la fibre sur son territoire, que 300.000 heures d'insertion soient réalisées d'ici 2022, cela afin de favoriser la création de nouveaux emplois dans le secteur.

Plus d'un millier d'emplois engagés dans le déploiement de la fibre

georgesmericfibre

Guillaume Laurent (à gauche) et Georges Méric (à droite). (Crédits : Rémi Benoit)

Ce n'est donc pas un hasard si Georges Méric, président du conseil départemental de Haute-Garonne, était en visite dans l'entreprise. Celui-ci trouve que la MCGR est un bel exemple d'insertion, une thématique qu'il dit être "fondamentale" pour le conseil départemental.

"L'installation de la fibre optique en Haute-Garonne représente pour les entreprises intervenantes un facteur de croissance significatif et une réelle opportunité de création d'emplois. Il est important que la force publique soit là pour répondre aux besoins du secteur, et c'est la raison pour laquelle le conseil départemental a créé le plan départemental de déploiement de la fibre optique, qui représente un investissement total de 533 millions d'euros, pour soutenir la filière et les 500 emplois mobilisés sur ce sujet dans le département", a affirmé Georges Méric, lors de sa visite.

Ce plan, financé à hauteur de 16 millions d'euros par le conseil départemental prévoit une accélération du déploiement de la fibre dans le département en faisant participer des entreprises locales et régionales.

"Beaucoup de choix se présentait à nous en 2018 pour assurer la construction du réseau fibre dans le département : des filiales de grands groupes de BTP, des grosses PME spécialisées dans les télécoms, voire même des entreprises plus petites. Finalement, nous avons pris un peu de tout. Il nous fallait avoir cet équilibre. Nous ne pouvions pas faire peser un risque uniquement sur des PME en développement. Il y a donc des acteurs locaux qui se sont développés grâce à ce chantier comme MCGR, mais aussi des acteurs plus solides financièrement", raconte Pierre Borda, directeur de Fibre31.

Au final, Fibre31, sous l'égide de Haute-Garonne numérique, a choisi huit entreprises de premier rang installées dans le département (CIRCET, MCGR, SCOPELEC, PROEF, KYNTUS, PCE Services, BYON et SOCOM) qui animent un réseau de sous-traitance de 180 entreprises, et soutient donc au total 1.600 emplois locaux qui participent au raccordement de milliers de foyers.

« On sent que les efforts ont été faits »

Ainsi, le plan départemental de déploiement de la fibre optique, qui s'établit depuis 2018 et jusqu'en 2022, va permettre de raccorder 278.000 foyers haut-garonnais. À ce jour, 163.485 prises sont déployées et 135.000 sont en cours de construction. Et si le déploiement a été mis au ralenti en raison de la crise sanitaire, Pierre Borda se veut rassurant quant aux retards qui ont été engendrés.

"La covid nous a fait décaler à 2022 l'objectif des 200.000 prises créées sur la Haute-Garonne. Nous allons dépasser le cap des 100.000 d'ici au mois de juin grâce à un rythme soutenu (plus de 10 à 12.000 prises par mois). Pour le moment, le rythme industriel est atteint, et l'objectif premier est de tenir l'objectif initial qui est d'avoir déployé la totalité des prises prévues d'ici à la fin de l'année 2022", indique le directeur de Fibre31.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.