Comat va envoyer dans l'espace son premier moteur pour les nanosatellites

 |  | 641 mots
Lecture 4 min.
Comat a mis au point un système de propulsion pour les petits satellites.
Comat a mis au point un système de propulsion pour les petits satellites. (Crédits : Rémi Benoit)
Comat est l'une des PME toulousaines qui ont contribué à la Supercam embarquée à bord du rover Perseverance pour fouler le sol martien. Elle travaille aussi sur la future mission de Thomas Pesquet. La société compte sur la portée internationale de ce type de mission pour accroître sa visibilité internationale alors qu'elle s'apprête à faire voler son système de propulsion électrique taillé pour le New Space.

"On ne fabrique pas tous les jours des caméras pour aller sur Mars", lance Ludovic Daudois, directeur général de Comat. La société toulousaine d'une centaine de salariés a réalisé le boîtier mécanique de la caméra Supercam du rover Perseverance qui a atterri sur Mars le 18 février.

Lire aussi : Perseverance : un micro conçu à Toulouse va livrer les premiers sons de la planète Mars

Gagner en visibilité à l'international

Pour cette PME fondée en 1977 et solidement intégrée à l'écosystème spatial de la Ville rose, ce type de mission joue un rôle crucial en termes d'image.

"Nous étions déjà présents sur Curiosity. Être à nouveau impliqué sur la mission Mars 2020 pour le rover Perseverance est une très bonne chose. C'est un outil de vitrine technologique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :