Cybersécurité : le Toulousain ITrust se prépare à prendre une dimension européenne

L’éditeur toulousain de solutions de cybersécurité a vu son activité augmenter de près de 70 %. Portée par un risque d’attaques et une vigilance élevés, ITrust engrange de nombreux contrats importants. Elle a notamment été retenue par la SNCF afin de sécuriser les trains connectés de demain. Dans l'optique de devenir un leader européen de la cybersécurité et de réaliser 80 % de son chiffre d'affaires à l'international d'ici quatre ans, la société veut restructurer son capital dès cette année.

7 mn

Jean-Nicolas Piotrowski veut faire d'ITrust le leader européen de l'intelligence artificielle appliquée à la cybersécurité.
Jean-Nicolas Piotrowski veut faire d'ITrust le leader européen de l'intelligence artificielle appliquée à la cybersécurité. (Crédits : Rémi Benoit)

Le "TGV du futur" de la SNCF sera probablement sécurisé par une entreprise toulousaine. ITrust, éditeur de solutions de cybersécurité a entamé un "chantier", en collaboration avec le transporteur afin d'utiliser l'intelligence artificielle, pour détecter en temps réel les cyberattaques et les actes malveillants "physiques" au sein des trains et locomotives électriques et connectées de demain qui devraient être mis sur les rails en 2024.

Lire aussi 9 mnExclusif. Qu'est-ce-que l'écotrain, prochainement testé à Albi ?

"La première phase qui est maintenant terminée, était de la prospective pour voir si les outils de cybersécurité et l'intelligence artificielle que nous avons développés peuvent répondre aux nouvelles problématiques de la SNCF. Les résultats ont été très bons", explique Jean-Nicolas Piotrowski, président et fondateur d'ITrust.

Les outils de l'entreprise toulousaine ont ainsi permis d'atteindre des taux de détection des différentes attaques supérieurs à 97 %. Dorénavant, les deux parties entament la phase deux du projet, l'intégration. Par ailleurs, la société toulousaine souhaite appliquer sa solution à d'autres métiers comme le smart building, les satellites, les voitures connectées et tout un ensemble d'applications intelligentes IoT.

Lire aussi 3 mnCovid-19 : l'écosystème de la cybersécurité se mobilise face aux attaques

Des incidents multipliés par quatre

Fondée en 2007 au sein la Ville rose, ITrust a vu son activité progresser de façon constante et rapide ces dernières années en raison de la multiplication des actes cybercriminels. "Il y a une hausse des attaques et des malveillances depuis deux-trois ans", constate le dirigeant. En effet, les hôpitaux, les collectivités et les sociétés sensibles sont de plus en plus visés pour les données qu'elle détiennent, une véritable mine d'or pour les cybercriminels. Sur les deux dernières années, les tentatives d'attaques et les incidents survenus ont été multipliés par quatre selon la société toulousaine. Jean-Nicolas Piotrowski estime que la guerre en Ukraine et le contexte économique actuel n'ont pas changé cette tendance.

"Nous constatons tout de même que les clients sont de plus en plus sensibilisés. Mais il y'a encore trop de sociétés qui ne sont pas protégées ou qui pensent l'être. Et ce, dans tous les domaines. Le niveau de sécurité des hôpitaux, cliniques, laboratoires et ehpad est assez dramatique. Les collectivités sont aussi très mal protégées. Les PME partent de très loin puisqu'elles n'ont pas forcément le budget, les solutions ou les experts", affirme-t-il.

Devenir le leader européen de l'IA appliquée à la cybersécurité

Aujourd'hui, la spécialiste des solutions de cybersécurité revendique plus de 1.000 clients. Parmi son portefeuille clients, elle compte près de 150 donneurs d'ordres, des structures moyennes, plusieurs centaines de cabinets de notaires mais également les ministères de la Défense, de l'Agriculture et de la Justice. Sur les quatre dernières années, la société a déjoué 100 % des cyberattaques de ses clients. Son modèle souple et facile d'utilisation lui permet de s'adapter à toutes les tailles et budgets d'entreprises, du téléphone du président de la République au petit cabinet d'expertise comptable d'une poignée d'employés.

Afin de prendre une nouvelle dimension, notamment à l'international, ITrust souhaite restructurer son capital, dès 2022, pour réaliser de la croissance externe. Son objectif est de devenir le leader européen de l'intelligence artificielle appliquée à la cybersécurité défensive. Pour mémoire, en 2019, elle a réalisé une première opération de croissance avec une "prise de participation significative" dans le capital de la startup irlandaise 4Securitas, elle aussi spécialisée dans la cybersécurité, en utilisant l'intelligence artificielle.

Lire aussi 4 mnCybersécurité : ITrust entre au capital de l'Irlandais 4Securitas

"Tous les scénarios sont sur la table depuis quelques semaines. Nous travaillons avec différents partenaires financiers et industriels sur la stratégie à adopter dans les mois qui arrivent afin d'accélérer. Nous n'avons pas besoin de lever des fonds. Nous avons une forte croissance, un carnet de commandes plein, nous pourrions financer des acquisitions par de la dette. Nous sommes à l'affût d'opportunités cachées et de prises de participations dans des sociétés qui nous permettront d'élargir notre portefeuille clients."

Multiplier les commandes par deux en 2022

La société, qui affiche une croissance fulgurante et connait une certaine stabilité financière, souhaite profiter de la tendance actuelle pour accélérer et acquérir de nouvelles parts de marchés. Entre 2020 et 2021, ITrust a connu une croissance de plus de 70 % de nouvelles commandes pour un montant avoisinant les 10 millions d'euros. Sur les deux derniers exercices financiers, elle affiche plus 70 % de revenus récurrents. De plus, 100 % des contrats signés, d'une durée de quatre ans généralement, sont renouvelés lorsqu'ils arrivent à échéance. En 2022, elle prévoit "une bonne croissance" de près de 40 % de son chiffre d'affaires et de multiplier ses commandes par deux. Discrète et prudente vis-à-vis de ses concurrents, l'entreprise toulousaine ne dévoile pas son chiffre d'affaires.

"Cette année nous allons lancer une nouvelle offre à destination des hôpitaux et mairies. Nous allons gagner des contrats importants. Par exemple, nous avons signé avec la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) qui collecte près de 35 milliards d'euros de financement", révèle le chef d'entreprise.

"Quatre ans pour inverser le statut" à l'étranger

Parallèlement, ITrust déploie son offre de cybersécurité à l'international depuis l'été 2021. La société est à la recherche de partenaires à l'étranger, des hébergeurs, des infogérants ou des sociétés de conseil informatique, qui puissent proposer ses solutions s'appuyant sur l'IA en marque blanche. La société a ainsi entamé des prospections au Canada, en Allemagne, au Bénélux, en Afrique du Nord, au Brésil, en Australie et aux Philippines. La cybersécurité étant transverse, ITrust s'adresse à l'ensemble des secteurs d'activités.

À travers cette stratégie, ITrust souhaite inverser la tendance actuelle à l'international. Elle qui réalise actuellement 15 % de son chiffre d'affaires à l'étranger veut à terme basculer à 80 %. Elle est par ailleurs en train de monter une filiale pour la fin de l'année 2022, à l'étranger, hors Europe.

"Je me donne quatre ans pour inverser le statut. Nous avons une forte appétence à l'étranger. Nos seuls concurrents sont des sociétés américaines. Or, certains pays ou entreprises ne souhaitent pas utiliser des produits américains."

Actuellement, ITrust emploie 60 personnes en France et une trentaine à l'étranger, notamment des ingénieurs en Europe de l'Est et en Afrique du Sud. En France, ses employés sont répartis entre son siège social toulousain (40) et ses bureaux parisiens (20). À l'avenir, l'entité française sera un acteur majeur du futur projet de "campus de cybersécurité" porté par la région Occitanie.

"Nous avons besoin d'aider les collectivités, les services de santé, de participer à la vie de la nation et de protéger les citoyens. On se rend compte qu'ils sont démunis et que nous devons leur apporter de l'aide et pas forcément dans une démarche commerciale", conclut Jean-Nicolas Piotrowski.

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.